Un dossier du CESBIO
 

 

  

GRANDES CULTURES

En Midi-Pyrénées, et en particulier en Haute-Garonne et dans le Gers, les grandes cultures concernent soit des cultures d'hiver : céréales (blé dur, blé tendre, orges) et du colza, soit des cultures d'été irriguées (la plupart des maïs, sorghos et sojas) ou conduit sans irrigation (la plupart des tournesols).

Les cycles de ces deux types de grandes cultures sont inversés du printemps à l'automne (cf note ci-dessous). C'est pourquoi il est très difficile d'analyser les dynamiques NDVI en basse résolution car les 2 types de cultures sont mélangés dans chaque pixel.

1/ Analyses des images basse résolution. Région Midi-Pyrénées. classe 211 'Terres arables'.

La classe 211 de CLC 'Terres arables' est présente dans toute la région sauf en altitude.

image

Figure 4 : NDVI moyen de pixels MODIS purs selon Corine Land Cover, classe 211 'Terres arables', sélectionnés sur la région Midi-Pyrénées.

Au printemps, on observe une année atypique (2007) qui a connu l'hiver le plus doux de la décennie, ce qui a provoqué, pour les céréales et oléagineux d'hiver, une précocité inégalée dans le sud-ouest.

2011 se situe parmi les années les plus précoces (mars et avril). 2011 est aussi l'année où la chute de NDVI de fin avril à fin mai est le plus tôt dans la saison, ce qui corrobore les observations terrain et est cohérent avec les données météorologiques. (Cette sénescence précoce a aussi été observée sur le terrain en 2006, ce qui se voit sur les courbes MODIS.)

Toujours pour 2011, les premières pluies sont revenues le 31 mai et semblent être révélées par le NDVI MODIS du 10 juin, ces pluies ont permis le maintien en état photosynthétique des cultures d'hiver sur certaines zones, et surtout la levée de la plupart des cultures d'été. Les valeurs sont très élevées au 28 juillet 2011 et constituent même un record sur les 12 années. Il s'agit non seulement de la croissance très favorable des cultures d'été, mais aussi des repousses et adventices sur les intercultures de céréales et colzas d'hiver favorisées par les pluies de juillet 2011.

NOTE sur les cycles des cultures d'été et d'hiver.

Les cultures d'hiver sont à leur maximum de végétation en avril, puis en sénescence entre mai et juin, et n'ont plus aucune végétation verte les semaines avant la moisson (fin juin, juillet). Les sols restent plus ou moins nus après la moisson en fonction du travail du sol (déchaumage.), de la pluviométrie estivale et donc de la croissance des repousses et/ou des adventices. A partir de 2011 en zones vulnérables (directive nitrates), l'implantation de couverts végétaux est obligatoire dans les intercultures longues, typiquement entre les cultures d'hiver et les tournesols.

A contrario, les parcelles qui vont être semées en cultures d'été sont totalement nues en avril et parfois tout le mois de mai, car elles viennent d'être semées. Selon les années, la levée et le début du cycle de croissance s'effectue de mai à mi-juillet. En juillet, toutes les cultures d'été sont à leur maximum de végétation. En août, les cultures non irriguées (tournesols.) sont sénescentes et ce d'autant plus précocement que l'été est chaud et sec et sont récoltés de fin août à fin septembre. Les cultures irriguées (maïs, sorghos, sojas) sont encore au maximum de végétation en août, sont en sénescence entre septembre et octobre et sont récoltées entre septembre et novembre. Le maïs ensilage est un cas à part, puisqu'il est récolté encore vert début septembre.

2/ L'analyse des images de haute résolution (formosat 8 mètres, spot 20 mètres) sur les 10 années 2002-2011 sera réalisée d'ici fin novembre 2011.

Elle permettra d'analyser de manière précise le comportement de chaque espèce : colza, blés, tournesols. Les corrélations avec les rendements parcellaires et des cartes de sols (réserves utiles) seront aussi établis dès que possible.

Contact : jean-francois.dejoux, Kadiri Mohammed