Une nouvelle application hydrologique pour les séries temporelles ?

Le débit des rivières naturelles est une donnée de base en hydrologie qui reste pourtant difficile à obtenir dans de nombreuses régions pour des raisons pratiques, politiques, etc.. Dans la revue Proceeding of the National Academy of Sciences, Gleason et Smith (2014) présentent une nouvelle méthode qui permet de calculer les débits d'une rivière seulement à partir d'images satellites à haute-résolution (e.g. Landsat). Continuer à lire

See the snow melting (...or not)

=>

The snow season is ending in the high Atlas mountains in Morocco this beginning of June, as you may see in this time series from SPOT-4 (Take5) experiment over the Rheraya watershed (225 km²). This watershed is one of the study sites of the Laboratoire Mixte International TREMA which CESBIO is co-leading. The Rheraya wadi provides large water resources to the populations in the arid zones downstream. The high frequency of SPOT4 (Take5) revisits and the scarce cloud cover enabled to capture the back and forths of snow cover between January the 31st and May the 26th. Continue reading

Regardez fondre la neige (ou pas)

=>

En ce début du mois de juin, la saison des neiges touche à sa fin dans le Haut-Atlas marocain comme l'illustre cette série d'images SPOT-4 (Take5) extraites sur le bassin de la Rheraya (225 km²). Ce bassin est un site d'étude privilégié du Laboratoire Mixte International TREMA dont le CESBIO est co-porteur. L'oued Rheraya fournit d'importantes ressources en eau pour les populations installées dans les zones semi-arides en aval. La haute fréquence de revisite de l'expérience Take 5 et la faible nébulosité ont permis de capturer le va-et-vient de la neige entre le 31 janvier et le 26 mai. Continuer à lire

Trop de neige dans les Pyrénées !

 

Mercredi dernier pour fêter la première image claire au-dessus des Pyrénées depuis le début de Take 5, nous avons voulu visiter le site de Bassiès en Ariège où se concentrent les mesures nivologiques du site SudMiPy. Pas loin du but, nous avons dû rebrousser chemin devant un passage un peu risqué ! Une première équipe du labo GEODE partie un peu plus tôt a pu atteindre le plateau où se trouve notre station météo (1650 m).

Trop de neige à Bassiès

Si mes calculs sont exacts ... (photo : T. Houet)

Hélas, ils n'ont pas vu la station qui est engloutie sous trois à quatre mètres de neige. Nous savions que les capteurs de la station étaient sous la neige grâce à la télé-transmission qui tient bon, mais nous n'imaginions pas qu'elle serait submergée à ce point.

Mesure de densité

Au retour nous avons creusé une fosse pour estimer la densité du manteau neigeux. A cet endroit nous avons mesuré 700 mm d'équivalent en eau.

La station était-elle sous-dimensionnée ? Les habitants du coin nous parlaient de 1 à 2 m de neige en hiver à cette altitude. Le bulletin neige de Météo-France indique que les hauteurs de neige dans les Pyrénées sont actuellement "3 à 4 fois les valeurs normales (...) nettement au-dessus des moyennes dépassent largement les valeurs record des 30 dernières années." Dans Libération le 15 février on pouvait lire : "Dans les Pyrénées, quand trop de neige tue la neige".

Caméra automatique

Caméra automatique et vue sur la vallée de Bassiès (photo: T. Houet)

Outre la station il y a trois caméras automatiques qui dominent la vallée de Bassiès pour suivre l'évolution de l'enneigement dans le paysage en même temps que SPOT4. Ces caméras ont également souffert des conditions météo et vont devoir être réinstallées avant le début de la fonte.

La prochaine fois on monte en hélico !