La détection des nuages, comment ça marche ?

=>

Les nuages sont blancs, brillants, plutôt hauts dans le ciel. Leur température est en général plus basse que celle de la surface. Ils se déplacent et changent d'aspect, il n'y a donc jamais le même nuage au dessus du même endroit. Les nuages produisent des ombres sur le sol.

Toutes ces propriétés peuvent être utilisées pour détecter automatiquement les nuages.

 

Détection classique

Lorsqu'on ne dispose pas d'une série temporelle, la technique de base consiste à seuiller l'image d'une des bandes spectrales dans les courtes longueurs d'onde, de préférence dans le bleu. Les pixels dont la réflectance dépasse le seuil sont déclarés nuageux. Cette méthode n'est cependant pas très subtile et souvent ne parvient pas à détecter les nuages fins, elle fait aussi de nombreuses fausses détections. On peut aussi vérifier que le nuage est blanc, mais l'apport de cette vérification n'est pas énorme car les nuages fins ne sont pas parfaitement blancs, alors que de nombreux pixels brillants sont blancs, dans les villes par exemple.

 

Détection multi-temporelle

Les nuages détectés par la méthode multi-temporelle sur cette image Formosat-2 sont entourés de blanc. Noter que certaines parcelles agricoles sont plus brillantes que certains nuages. Cliquer sur l'image pour voir l'animation.

Lorsqu'on dispose de séries temporelles d'images de satellites à acquisition systématique, obtenues sous un angle à peu près constant, comme c'est le cas pour SPOT4(Take5),  Venµs, LANDSAT, Sentinel-2, on peut utiliser des critères temporels pour détecter les nuages.

 

La réflectance des surfaces terrestres évolue en général lentement, mais lorsqu'un nuage apparaît, la réflectance augmente brusquement. En comparant donc l'image à traiter avec une image précédente, on peut classer comme nuages les pixels pour lesquels la réflectance dans le bleu a notablement augmenté. On peut aussi vérifier que les pixels ainsi détectés ont un spectre plus blanc que dans l'image précédente. Cette méthode améliore très fortement la discrimination entre pixels nuageux et pixels clairs.

 

Cependant, cette méthode de détection présente un coût, car elle oblige à traiter les données dans l'ordre chronologique et empêche un traitement indépendant par image. Elle complique donc le centre de traitement et nuit également à la parallélisation des traitements. C'est cependant cette méthode que nous mettons en place dans MUSCATE, pour traiter les données de SPOT4(Take5), LANDSAT, Venµs et Sentinel-2.

 

Pour en savoir plus sur cette méthode, utilisée dans la chaîne de niveau 2A MACCS :

Hagolle, O., Huc, M.,  Villa Pascual D., & Dedieu, G. (2010). A multi-temporal method for cloud detection, applied to FORMOSAT-2, VENµS, LANDSAT and SENTINEL-2 images. Remote Sensing of Environment, 114(8), 1747-1755.

 

Détection des nuages hauts dans une bande d'absorption

Les traces d'avion seront beaucoup plus faciles à détecter avec la nouvelle bande 1380nm présente sur Landsat 8 et Sentinel-2.

Sur Sentinel-2 et sur Landsat 8, une nouvelle bande spectrale sera disponible, avec une longueur d'onde de 1380 nm. Cette bande spectrale correspond à une bande d'absorption totale de la vapeur d'eau. A cette longueur d'onde, le rayonnement solaire est totalement absorbé dans son aller retour entre le sommet de l'atmosphère et la surface. En revanche, le rayonnement réfléchi par un nuage à plus de 3000 mètres d'altitude n'est pas totalement absorbé car la vapeur d'eau est majoritairement située dans les basses couches de l'atmosphère. Cette bande va donc nous permettre de détecter les nuages élevés, même s'ils sont fins. Les cirrus sont en général très difficiles à détecter, ce n'est plus le cas avec cette méthode, que avons mise en place dans MACCS pour ces deux satellites.

 

Détection par la température

Les nuages hauts sont en général plus froids que la surface, la présence d'une bande thermique sur les satellites Landsat permet d'utiliser ce critère de détection. Cependant, les variations thermiques de la surface sont importantes d'un jour à l'autre, il est donc difficile de détecter les nuages bas, dont la température est proche de celle de la surface. Nous n'avons pas retenu cette méthode qui ne s'applique qu'à LANDSAT.

 

Détection stéréoscopique

Le satellite Venµs possède deux bandes identiques qui observent les scènes sous deux angles différents. Cette bande permet donc de voir le relief, avec une précision modérée, mais suffisante pour distinguer les nuages de la surface terrestre. Nous utiliserons cette méthode pour Venµs, en complément de la méthode multi-temporelle. Elle devrait permettre de détecter les nuages situés à plus de 500 mètres d'altitude, et surtout, la connaissance de cette altitude facilitera la détection des ombres.

 

Détection des ombres

La détection des ombres est expliquée ici.

The cloud detection : how it works.

=>

Clouds are white, bright, rather high in the sky. Their temperature is generally lower than that of the surface. They move and change appearance, and they cast shadows on the ground.

All these properties can be used to automatically detect clouds.

 

Standard detection

The basic technique consists in thresholding the image of a spectral band in the short wavelength range (preferably a blue band). Pixels whose reflectance is above the threshold are declared cloudy. This method is not very subtle and often does not detect thin clouds, it also makes many false detections. We can also check that the cloud is white, but the contribution of this verification is not really effective, because thin clouds are not perfectly white, while many bright pixels are white, in cities for example.

 

Multi-temporal detection

The clouds detected by the multi-temporal methodon this FORMOSAT-2 image are outlined by white contours. Note that some agricultural plots are brighter than some clouds, with nearly no confusion. Click on the image to view animation

A multi-temporal detection may be applied when time series of satellite images are available, if they are acquired with a roughly constant viewing angle, as in the case of SPOT4 (Take5), Venμs, LANDSAT, and Sentinel-2.

Usually, reflectances of land surfaces change slowly, but when a cloud appears, the reflectance increases sharply. So, by comparing the processed image with a previous image, the pixels for which the reflectance in the blue increased significantly can be classified as clouds, provided the detected pixels have a whiter spectrum than in the previous image. This method greatly improves the discrimination between cloudy and clear pixels.

However, this detection method has a cost, because it requires to process the data in chronological order and therefore prevents processing the image independently. It complicates the processing center and also affects the parallelization of processing. However, this method is implemented in MUSCATE center, to process SPOT4 (Take5), LANDSAT, Venμs and Sentinel-2 time series.

For more details on this method, used in MACCS Level 2A processor :

Hagolle, O., Huc, M., Villa Pascual D., & Dedieu, G. (2010). A multi-temporal method for cloud detection, applied to FORMOSAT-2, VENµS, LANDSAT and SENTINEL-2 images. Remote Sensing of Environment, 114(8), 1747-1755.
Detection of high clouds using an absorption band

Plane contrails will be much easier to detect with the new 1380nm band available on Landsat 8 and Sentinel-2.

On Landsat 8 and Sentinel-2,  a new spectral band is available, at 1380 nm. This spectral band corresponds to a strong water vapour absorption band. At this wavelength, the solar radiation is totally absorbed in his back and forth between the top of the atmosphere and the surface. In contrast, the radiation reflected by a cloud above 3000 meters is not totally absorbed as water vapor is mainly located in the lower layers of the atmosphere. Therefore, a simple threshold on the reflectance of this band enables to detect high clouds. Cirrus clouds are usually very difficult to detect, it will not be the case with this method which is also used within MUSCATE for LANDSAT-8 and Sentinel-2 satellites.

 

Thermal Infrared detection

High clouds are usually colder than the surface, the presence of a thermal band on Landsat satellites enables to use this property as a detection criterion. However, the thermal variations of the earth surface from a day to another are large, and prevent from detecting low clouds which have a temperature close to that of earth surface. We have not used this method as it applies only to LANDSAT.

 

3D detection

The Venµs satellite has two identical bands that observe scenes from two slightly different angles. This couple of bands makes it possible to see the terrain in 3D, with a moderate accuracy, but sufficient to tell the clouds from the surface. We use this method to detect clouds on Venμs data, in addition to the multi-temporal method. It should detect clouds  more than 500 meters high, and most importantly, knowing the cloud altitude will help detecting shadows.

 

Shadow detection

To be continued

Lancement réussi pour Landsat 8 / Successful launch for Landsat 8

(English Version)

La NASA vient de réussir parfaitement le lancement de LANDSAT 8.  A la fin de sa période de vérification et étalonnage en orbite (au CNES, on dit "recette en vol"), dans environ 3 mois, les données de Landsat 8 seront distribuées gratuitement par l'USGS. L'objectif minimal de Landsat 8 est de fournir au moins une image claire par saison sur toutes les terres émergées.

Chaque point des USA sera observé tous les 16 jours, mais dans le reste du monde, les données seront un peu moins fréquentes, et les acquisitions seront tentées ou non en fonction des prévisions météorologiques et de la dernière observation claire disponible. L'immense intérêt de Landsat est la disponibilité de données depuis 40 ans.

Le Pôle Thématique Surface Continentales devrait mettre à disposition des utilisateurs des produits de Niveau 2A basés sur Landsat 8 avant la fin 2013.

Continue reading

Lancement de Landsat 8 la semaine prochaine / LANDSAT 8 is launched next week

Les événements se bousculent, en ce qui concerne les satellites à acquisition systématique. La semaine prochaine, c'est Landsat 8 ! Vous pourrez suivre le lancement à 19 heures le 11 février, sur NASA TV ou sur le blog consacré au lancement de Landsat 8.

Landsat 8, comme ses prédécesseurs, fournira des données à 30m de résolution pour un champ de 180 km, avec une répétitivité de 16 jours. Mais il apporte aussi quelques nouveautés, également disponibles pour Sentinel-2, sauf la dernière : Continue reading

Acquisitions systématiques ou à la demande ?

Exemple de programmation de Pleiades (CNES). Parmi les sites demandés, seuls ceux qui sont reliés à l'orbite sont acquis.

=>

Les satellites d'observation à haute résolution peuvent être répartis en deux catégories :

  • les Satellites à Acquisition à la Demande  (SAD) :

Les utilisateurs demandent une acquisition sur leur site au fournisseur d'images, qui optimise la programmation de manière à satisfaire le maximum d'utilisateurs (et aussi de manière à optimiser son bénéfice). Le fournisseur d'images facture fréquemment un surcoût si l'image doit être acquise à une date précise, et l'utilisateur n'est pas certain d'obtenir une acquisition, sauf s'il paye le coût d'une acquisition prioritaire.

SPOT, Pleiades, Ikonos, Quickbird, Formosat-2, et la plupart des satellites Radar sont des SAD.

 

  • les Satellites à Acquisition Systématique (SAS)

Continue reading