Venµs 140 - 75 SPOT5 (Take5)

=>

It might look like a basket ball score, but it is only the number of proposals received for VENµS and SPOT5 (Take5) calls. One day before VENµS's deadline, on February the 16th, it looked like it would end as a draw, but 60 proposals were received on the last 24 hours by Gérard Dedieu, VENµS's PI.

 

In both cases, the number of proposed sites is even higher, since many proposals ask for several sites, sometimes up to ten, and I am afraid we will not be able to select all of them.

  • The 62 proposals received at ESA, plus the 13 received at CNES, were analysed and their accessibility is now being checked.
  • For VENµS, we are going to start reading. Great, I only have 139 proposals to read left...

Venµs 140 - 75 SPOT5 (Take 5)

Cela pourrait ressembler à un score de basket ball, mais il s'agit simplement du nombre de dossiers reçus pour les appels à propositions de sites de la mission Venµs et de l'expérience SPOT5 (Take5). A un jour de la date limite, le 16 février, on se dirigeait vers un match nul, mais ce sont près de 60 propositions qui sont parvenues à Gérard Dedieu, le responsable scientifique de la mission Venµs, dans les dernières 24 heures !

 

Dans les deux cas, le nombre de sites demandés est encore supérieur au nombre de propositions, car de nombreuses propositions contiennent plus d'un site, parfois même une dizaine, et il ne sera malheureusement pas possible de donner satisfaction à tout le monde.

  • Les 62 propositions de SPOT5 (Take5) reçues à l'ESA, plus 13 au CNES, ont été analysées et nous en sommes à la phase de vérification de faisabilité, au cours de laquelle on vérifie qu'il est bien possible d'enchaîner les sites.
  • Pour Venµs, nous allons démarrer la lecture... allez, courage, plus que 139 dossiers.

Multitemp 2015

Multitemp

=>

Although there is no link between this blog and the Multitemp 2015 symposium,
I am happy to support this international symposium dedicated to the applications and techniques to use the remote sensing image time series. (And maybe they will not sue us for using a similar name for this blog...).

 

That's the reason why I accepted to chair a session about SPOT4 (Take5) and the preparation of Sentinel-2 (and not just because Annecy is a very nice town in the French Alps). Many of you produced nice results from SPOT4 (Take5),data, or submitted  a site at the SPOT5 (Take5). call for sites.

Your extended abstracts are awaited on the symposium site  before February the 27th..

Multitemp 2015

Bien qu'il n'y ait aucun lien entre le nom de ce blog et le colloque Multitemp 2015 (mais déjà, ils Multitempne nous ont pas fait de procès pour nous interdire d'utiliser ce nom...), je ne peux que soutenir ce colloque consacré aux applications et aux techniques d'utilisation des séries temporelles d'images spatiales.

 

C'est pour cette raison, et pas seulement parce que l'édition 2015 aura lieu dans la belle ville d'Annecy, que j'ai accepté a proposition d'y animer une section consacrée aux expériences SPOT (Take 5). Vous êtes nombreux à avoir produit de beaux résultats avec l'expérience  SPOT4 (Take5), ou à avoir proposé des sites pour SPOT5 (Take5). Vos résumés sont donc attendus sur le site du colloque avant le 27 février.

SPOT5 (Take5) is getting ready

=>

The SPOT5 (Take5) project, lead by Sylvia Sylvander at CNES et Bianca Hoersch at ESA is getting ready. Here a a few news about the agenda of the coming months :

  • SPOT5 ends its operational life on March the 31st

SPOT5 tracks during Take5 experiment. In blue, the tracks from day 1 (every 5th day, starting from the 5th of April), day 2 is in green, day free in yellow, day 4 in orange and day five in red.

 

  • The orbit change manoeuvre should take place on April the Second. We know now the satellite tracks for the whole experiment, thanks to Jean-Marc Walter from CNES. It is not exactly the same as SPOT4 (Take5). For the lucky users who will get a site for both experiments, the observation angles will be different.
  • After the manoeuvre, a margin of a few days is kept in case a correction is necessary. Then a first image will be taken to check that all the processing works, as we did for SPOT4 (Take5).
  • Then we will get some rest for the Easter Week-end, and the first acquisitions will be programmed for the 8th of April. However, if something prevented us from doing the manoeuvre on the Second of April, this whole schedule will be delayed by a few weeks, as we lack manpower to prepare a backup solution. But it is really not likely !
  • F. Daniaud (CS-SI for CNES), is now assessing the possibility to observe the sites that were asked by ESA, by ESA's call and by CNES. If we are unlucky, some modifications might be necessary, by moving or removing sites. This task is heavy, because the satellite is not on its nominal orbit, and must be programmed manually, site per site. And this time, we will observe more than 100 sites !
  • Martine Béhague and the SPOT5 (Take5) operations team (CNES DCT/OP) are preparing simulations and tests to check that all the operations will work.
  • The interfaces with Airbus D & S (ex Spot Image) are being prepared.
  • The ground processing software preparation has started with the THEIA CNES team, with support from Cap Gemini and CESBIO. Mireille Huc, at CESBIO, just released the new version of MACCS prototype, which will handle the SPOT5 (Take5) data.
  • Vincent Poulain (Thales-IS) is now developing some tools to help us prepare the auxiliary data needed to process each site. For each site, we need to define its footprint, choose its projection, prepare its DEM, find one or several reference images (mostly LANDSAT 8 ) without clouds and merge them. Multiply that by more than 100 !
  • studies are starting to define the ESA-CNES SPOT5 (Take5)  distribution server

The first SPOT5 (Take5) picture will be taken only two months from now, and we have a lot of work ahead !

 

 

SPOT5 (Take5) se prépare

=>

Le projet SPOT5 (Take5), piloté par Sylvia Sylvander au CNES et Bianca Hoersch à l'ESA, avance bien. Voici quelques informations sur son calendrier :

  • le satellite finit sa mission opérationnelle le 31 mars.

Voici les traces du satellite SPOT5 pendant l'expérience Take5. En bleu, les traces du jour 1 du cycle (tous les 5 jours à partir du 5 avril), le jour 2 est en vert (tous les 5 jours à partir du 6 avril), le jour 3 est en Jaune, le jour 4 en orange et le jour 5 en Rouge. En France, l'orbite du jour 1 passe au dessus de Carcassonne.

  • la manœuvre de changement d'orbite devrait avoir lieu le 2 avril. Nous connaissons donc les traces du satellite pendant toute la période de prise de vue, grâce aux calculs de Jean-Marc Walter du CNES. Ce n'est pas exactement la même que cette de SPOT4 (Take5). Pour les chanceux qui participeront aux deux expériences, les angles seront donc un peu différents.
  • après la manœuvre, quelques jours de marge sont prévus pour vérifier que le satellite est bien sur la bonne orbite, et éventuellement corriger la première manœuvre.  Une première image sera rapidement acquise pour vérifier que toute la chaîne fonctionne, comme pour  SPOT4 (Take5).
  • Puis nous laisserons passer le week-end de pâques, et les premières acquisitions de routine seront programmées pour le 8 avril. Si quelque chose devait empêcher la manœuvre du 2 avril, nous serions conduits à retarder de quelques semaines le démarrage de l'expérience, mais c'est peu probable !
  • nous sommes en train de vérifier s'il est possible d'enchaîner les prises de vues demandées lors de l'appel à propositions. Des ajustements seront peut être nécessaires, et si nous manquons de chance, quelques sites devront être déplacés ou abandonnés.  Cette vérification demande beaucoup de  travail à F. Daniaud (de CS-SI, pour le CNES) : le satellite n'étant pas sur son orbite nominale, la programmation doit être faite manuellement, ce qui est très lourd puisque cette fois, nous allons acquérir plus d'une centaine de sites.
  • Des essais et simulations vont être menés au CNES (DCT/OP), pilotés par Martine Béhague, pour vérifier que toutes les opérations peuvent bien s'enchaîner.
  • les interfaces avec Airbus D & S (ex Spot Image) sont en train de se préciser
  • la préparation des logiciels de traitement a démarré, avec l'équipe THEIA du CNES, avec le support de Cap Gemini, et le CESBIO. Mireille Huc, au CESBIO, nous prépare une nouvelle version de la chaîne prototype MACCS qui saura prendre en charge SPOT5 (Take5).
  • Vincent Poulain (Thales-IS) développe des outils pour simplifier la préparation des sites. Pour chaque site, il faut définir l'emprise, préparer son MNT, trouver une ou plusieurs images de référence sans nuages pour l'ortho-rectification (LANDSAT 8 principalement), éventuellement les assembler, choisir la projection.
  • les études démarrent pour définir le serveur de distribution ESA-CNES

Plus que 2 mois avant le démarrage de l'expérience, nous n'allons pas chômer !

 

 

La recherche précaire

Cliché société Techdrone pour les 20 ans du CESBIO

 

Le CESBIO a 20 ans, et ce fut l'occasion de faire la fête et une belle photo, quasiment vue de satellite, avec les personnels et les amis du CESBIO.

 

Ce n'est pas visible sur la photo, mais parmi les personnels du CESBIO, comme dans tous les laboratoires publics de France, il y a deux catégories, les permanents et les précaires. Et, c'est triste à dire, une partie d'entre eux devra nous quitter d'ici quelques mois, au mieux un ou deux ans. Plusieurs d'entre eux ont enchaîné différents contrats de quelques mois, rarement plus d'un an (à l'exception des thèses), parfois entrecoupés de périodes de chômage, comme leurs collègues toulousains dont les parcours sont affichés sur le blog de Libération. Pourtant, ces jeunes (et parfois, ces moins jeunes) ont passé brillamment leur master ou leur diplôme d'ingénieur, et souvent enchaîné avec un doctorat, ils ont souvent déjà effectué un CDD dans un autre laboratoire, et ils ont pris l'habitude de ne pas compter leurs heures de travail (vous avez vu sur ce blog de beaux résultats issus de travaux de qualité réalisés par Martin Claverie, David Morin, Mohamed Kadiri et Marcela Arias, vous en trouverez tout autant dans le blog de la mission SMOS ou sur le bulletin du CESBIO).

 

Les postes ouverts par les organismes publics de recherche français sont en nette diminution ces dernières années. Les étudiants brillants vont ils continuer, malgré les sombres perspectives actuelles, à se lancer dans des thèses et à vouloir travailler pour la recherche scientifique ?

 

Alors que faut-il faire ?

  • reporter une partie des 5.8 Milliards d'€ (en 2013) du Crédit Impôt Recherche (CIR) alloué aux entreprises ? Cette disposition fiscale est très critiquée, notamment par la cour des comptes.
  • augmenter les ouvertures de postes dans les organismes publics de recherche ? La création de 3000 postes permanents ne représenterait que 3% du coût du CIR.
  • instituer des contrats temporaires de plus longue durée (2 à 5 ans) ? La loi Sauvadet, si j'ai bien compris, permet la titularisation des personnes ayant enchaîné 6 ans de contrats dans le même laboratoire et/ou avec le même organisme (j'imagine que c'est plus compliqué que ça). Ce dispositif a bénéficié à une seule personne au CESBIO, mais a dégradé les conditions pour presque tous les autres non permanents puisque plusieurs organismes n'autorisent plus de dépasser trois ans de CDD.
  • favoriser l'embauche de personnels formés par la recherche dans les entreprises ?

Les débats sont ouverts, notamment par le Collectif des Précaires de l'Observatoire Midi-Pyrénées..

Bien évidemment, ce message correspond à une opinion personnelle et n'engage pas les opinions des organismes auxquels j'appartiens, le CESBIO et le CNES.