Retour sur le pilotage en temps réel de l'irrigation d'une parcelle par télédétection

=>

Le CESBIO contribue à un laboratoire mixte international au Maroc, baptisé TREMA, "Télédétection et Ressources en Eau en Méditerranée semi-Aride". Cette année, ce laboratoire s'est lancé dans une expérience ambitieuse de pilotage de l’irrigation par imagerie satellitaire, sur une parcelle de blé dur près de Marrakech. Nous vous en parlions au mois de mars. Cette expérience s'est révélée très encourageante.

 

L’objectif principal de l’expérience était de vérifier si nous pouvions assumer la logistique de pilotage de l’irrigation par un modèle de bilan hydrique dans des conditions réelles. Pour cela, un agriculteur s’est prêté à notre jeu en proposant deux parcelles de blé dur de quatre hectares : L'irrigation de la parcelle de référence était pilotée par l’agriculteur selon sa méthode habituelle. La parcelle d’essai était pilotée par l’outil SAMIR (modèle FAO-56 forcé par l’imagerie satellitaire).

Depuis la date de semis fin décembre jusqu’à la récolte en début juin, une station météo installée sur une culture de référence nous a transmis quotidiennement les mesures d’Evapotranspiration de Référence. D’autre part, pour contrôler à posteriori la qualité de nos estimations des besoins en eau d'irrigation, deux stations de flux ont été mises en place. Nous avons également acquis une série d’image SPOT5 en début de saison pour pallier au démarrage un peu tardif de l’expérience SPOT4(TAKE5) qui commençait en février.

 

En plus d’une météo très claire tout au long de la saison, nous avons pu bénéficier de l’excellent travail de l’équipe SPOT4(TAKE5) qui nous a délivré les images géoréférencées très rapidement. Les trajectoires de NDVI ont ainsi pu être corrigées dans un délai relativement court. En fin de chaîne, la relation avec l’Office Agricole du Haouz nous a permis d’effectuer les irrigations de la parcelle d'essai dans les meilleures conditions tout en étant soumis aux contraintes du système de canaux.

 

Sur le terrain, cela n’a pas fonctionné aussi bien que nous le souhaitions. Suite à un malentendu avec l’agriculteur, nous avons complètement raté la seconde irrigation et l'application des engrais n’a pas été opportune. En effet, la parcelle étudiée est installée sur un sol très argileux qui forme une croûte de battance. Une irrigation spécifique, quelques jours après le semis, est nécessaire pour faciliter l’émergence des plantes. D’autre part, l'agriculteur a appliqué l'engrais azoté sur les deux parcelles juste après l'irrigation de la parcelle de référence et relativement loin de l'irrigation de la parcelle d'essai. Sous ces conditions l'azote est relativement moins soluble sur la parcelle étudiée.

 

Notre expérience a donc été sérieusement handicapée par ces malentendus avec l'agriculteur. En dépit de cela, nous avons mené l’expérience jusqu’à sa fin.

Ce graphe fournit les variations tout au long de long de l'expérience des apports d'eau par les précipitations et les irrigations, ainsi que de l'évapo-transpiration ETobs mesurée sur le terrain et de l'observation ET modélisée par le modèle SAMIR, à partir de l'état de la végétation observé par SPOT4 (Take5). Sur cette parcelle, les dates des irrigations ont été préconisées par le modèle.

 

A notre grand étonnement, les résultats sont extrêmement prometteurs. En effet, malgré une biomasse inférieure de 20% par rapport à la parcelle pilotée par l’agriculteur, nous avons obtenu un rendement en grain équivalent. Ceci peut s’expliquer par le fait que, bien que le nombre moyen de talles (les "brins" de blés) fusse très inférieur sur la parcelle d’essai, il est très probable que la parcelle de référence, irriguée, selon la méthode traditionnelle, ait subit un stress hydrique en fin mars limitant ainsi le remplissage des grains.

 

Cette expérience grandeur nature est riche d’enseignements. Tout d’abord, la logistique imagerie-météo-irrigation a très bien fonctionné (télétransmission de la météo, réception et corrections géométriques et radiométriques des images, run du modèle, lancement des irrigations) et peut-être largement automatisée. Les données SPOT4(Take5) qui préfigurent celles de Sentinel-2, avec la météo de cette année, se sont révélées parfaitement adaptées.  Malheureusement, la croûte de battance a fortement limité l’émergence de la culture. Ce phénomène pourtant bien connu de notre agriculteur nous a appris à cultiver l’humilité ;-) et nous devrons envisager l’introduction de ce risque dans un système d’aide à la décision. Enfin, les contraintes fonctionnelles de l’irrigation en système gravitaire nous ont appris que notre outil devra être plus flexible en proposant plutôt une fenêtre de dates plutôt qu’une seule meilleure date d’irrigation, et qu’il devra pouvoir être lié à un ou plusieurs pronostics météo.

 

Suite à cette expérience, nous avons commencé à mettre en place un outil Web (SAT-IRR) qui devrait à court terme offrir les fonctionnalités essentielles pour l’aide à la décision d’irrigation dans une interface simplifiée.

 

Posted under: Applications, En Français, Sentinel-2, SPOT4 (Take 5)

Tagged as: , , , ,

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>