Produits de Niveau 3A : comparaison avec la méthode classique du maximum de NDVI

=>

Comme nous le disions dans un précédent article, nous utilisons les données SPOT4 (Take 5) pour tester différentes méthodes de création de produits de niveau 3A. Le pôle Thématique appliquera par la suite ces méthodes aux données Sentinel-2.   Pour rappel, si vous n'avez pas cliqué sur le lien ci-dessus, les produits de niveau 3A sont des synthèses périodiques (a priori mensuelles) de réflectances de surface sans nuages. Notre méthode est basée sur des moyennes pondérées de réflectances des pixels non nuageux obtenus pendant une certaine période de temps. Pour plus de détails, il faudra vraiment aller voir ce lien...

 

Les travaux de Mohamed Kadiri au CESBIO, financés par le budget CNES de THEIA, ont d'abord porté sur la mise au point d'indices de qualité (décrits dans le lien ... bon, j'arrête), et ont permis de montrer que notre méthode produit de bonnes performances. Nous avons voulu comparer ces résultats avec la méthode du "Maximum de NDVI", développée par nos ancêtres télédétecteurs, et appliquée depuis des temps immémoriaux aux données de moyenne résolution comme celles des instruments AVHRR. Cette méthode consiste, pour chaque pixel, à utiliser dans le produit de Niveau 3A, la date dont le NDVI est le plus grand. Pourquoi ce choix ? Principalement parce que le NDVI d'un nuage est très faible, et donc que cette méthode permettra de choisir préférentiellement les pixels non nuageux. Cette méthode date d'un temps où les masques de nuages n'étaient pas très précis.

 

Extrait de synthèse mensuelle obtenue avec la méthode du maximum de NDVI Extrait de synthèse mensuelle obtenue avec la méthode de la moyenne pondérée.

Nous vous présentons ici, avec les données SPOT4-(Take5), une comparaison des résultats obtenus sur le site de Versailles, avec  la méthode du maximum de NDVI à gauche et la méthode de moyenne pondérée à droite.  On note, sur l'image de gauche, la présence de nombreux artefacts sous la forme de points brillants ou sombres que l'on ne voit pas sur l'image de droite. Ces points de niveau différents sont dûs au fait que d'un pixel à l'autre, une date différente a été utilisée, en fonction de la valeur du maximum de NDVI. Ces artefacts sont moins présents sur les zones couvertes de végétation (en rouge), car pour cette synthèse obtenue au printemps, la croissance de la végétation fait que le maximum de NDVI correspond à la date la plus tardive de la synthèse..

 

Si l'on regarde les valeurs de nos critères de qualité, décrits dans l'article précédent (cela faisait longtemps ;) ), on note que les performances de la méthode par moyenne pondérée sont bien meilleures que celles de la méthode du maximum de NDVI, vis à vis de la fidélité à l'image de la date centrale de la synthèse mensuelle (en Jaune, pour les 70% de pixels les meilleurs, et Vert, pour les 95% de pixels les meilleurs), et surtout, vis à vis de la présence ou non d'artefacts (en bleu). L'abscisse des courbes correspond à la moitié du nombre de jours utilisés pour chaque synthèse, nous recommandons la valeur 21.

 

Maximum de NDVI Moyenne Pondérée

Posted under: Composite (3A), En Français, Sentinel-2, SPOT4 (Take 5), THEIA, Validation

Tagged as: , , ,

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>