La détection des nuages, comment ça marche ?

=>

Les nuages sont blancs, brillants, plutôt hauts dans le ciel. Leur température est en général plus basse que celle de la surface. Ils se déplacent et changent d'aspect, il n'y a donc jamais le même nuage au dessus du même endroit. Les nuages produisent des ombres sur le sol.

Toutes ces propriétés peuvent être utilisées pour détecter automatiquement les nuages.

 

Détection classique

Lorsqu'on ne dispose pas d'une série temporelle, la technique de base consiste à seuiller l'image d'une des bandes spectrales dans les courtes longueurs d'onde, de préférence dans le bleu. Les pixels dont la réflectance dépasse le seuil sont déclarés nuageux. Cette méthode n'est cependant pas très subtile et souvent ne parvient pas à détecter les nuages fins, elle fait aussi de nombreuses fausses détections. On peut aussi vérifier que le nuage est blanc, mais l'apport de cette vérification n'est pas énorme car les nuages fins ne sont pas parfaitement blancs, alors que de nombreux pixels brillants sont blancs, dans les villes par exemple.

 

Détection multi-temporelle

Les nuages détectés par la méthode multi-temporelle sur cette image Formosat-2 sont entourés de blanc. Noter que certaines parcelles agricoles sont plus brillantes que certains nuages. Cliquer sur l'image pour voir l'animation.

Lorsqu'on dispose de séries temporelles d'images de satellites à acquisition systématique, obtenues sous un angle à peu près constant, comme c'est le cas pour SPOT4(Take5),  Venµs, LANDSAT, Sentinel-2, on peut utiliser des critères temporels pour détecter les nuages.

 

La réflectance des surfaces terrestres évolue en général lentement, mais lorsqu'un nuage apparaît, la réflectance augmente brusquement. En comparant donc l'image à traiter avec une image précédente, on peut classer comme nuages les pixels pour lesquels la réflectance dans le bleu a notablement augmenté. On peut aussi vérifier que les pixels ainsi détectés ont un spectre plus blanc que dans l'image précédente. Cette méthode améliore très fortement la discrimination entre pixels nuageux et pixels clairs.

 

Cependant, cette méthode de détection présente un coût, car elle oblige à traiter les données dans l'ordre chronologique et empêche un traitement indépendant par image. Elle complique donc le centre de traitement et nuit également à la parallélisation des traitements. C'est cependant cette méthode que nous mettons en place dans MUSCATE, pour traiter les données de SPOT4(Take5), LANDSAT, Venµs et Sentinel-2.

 

Pour en savoir plus sur cette méthode, utilisée dans la chaîne de niveau 2A MACCS :

Hagolle, O., Huc, M.,  Villa Pascual D., & Dedieu, G. (2010). A multi-temporal method for cloud detection, applied to FORMOSAT-2, VENµS, LANDSAT and SENTINEL-2 images. Remote Sensing of Environment, 114(8), 1747-1755.

 

Détection des nuages hauts dans une bande d'absorption

Les traces d'avion seront beaucoup plus faciles à détecter avec la nouvelle bande 1380nm présente sur Landsat 8 et Sentinel-2.

Sur Sentinel-2 et sur Landsat 8, une nouvelle bande spectrale sera disponible, avec une longueur d'onde de 1380 nm. Cette bande spectrale correspond à une bande d'absorption totale de la vapeur d'eau. A cette longueur d'onde, le rayonnement solaire est totalement absorbé dans son aller retour entre le sommet de l'atmosphère et la surface. En revanche, le rayonnement réfléchi par un nuage à plus de 3000 mètres d'altitude n'est pas totalement absorbé car la vapeur d'eau est majoritairement située dans les basses couches de l'atmosphère. Cette bande va donc nous permettre de détecter les nuages élevés, même s'ils sont fins. Les cirrus sont en général très difficiles à détecter, ce n'est plus le cas avec cette méthode, que avons mise en place dans MACCS pour ces deux satellites.

 

Détection par la température

Les nuages hauts sont en général plus froids que la surface, la présence d'une bande thermique sur les satellites Landsat permet d'utiliser ce critère de détection. Cependant, les variations thermiques de la surface sont importantes d'un jour à l'autre, il est donc difficile de détecter les nuages bas, dont la température est proche de celle de la surface. Nous n'avons pas retenu cette méthode qui ne s'applique qu'à LANDSAT.

 

Détection stéréoscopique

Le satellite Venµs possède deux bandes identiques qui observent les scènes sous deux angles différents. Cette bande permet donc de voir le relief, avec une précision modérée, mais suffisante pour distinguer les nuages de la surface terrestre. Nous utiliserons cette méthode pour Venµs, en complément de la méthode multi-temporelle. Elle devrait permettre de détecter les nuages situés à plus de 500 mètres d'altitude, et surtout, la connaissance de cette altitude facilitera la détection des ombres.

 

Détection des ombres

La détection des ombres est expliquée ici.

Posted under: Comment ça marche /how it works, En Français, Landsat, Sentinel-2, SPOT4 (Take 5), THEIA, Venµs

Tagged as:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>