Si cette lettre ne s'affiche pas correctement elle est accessible ici

La lettre d'information N° 8 : Octobre 2012
En complément de notre site web : www.cesbio.ups-tlse.fr (voir ici les archives) © Copyright CESBIO

Pour vous tenir au courant de nos activités, vous pouvez vous abonner à cette newsletter

  

Sommaire  

 1/ Les chantiers du CESBIO

 a) Le chantier Sud-Ouest

Cartographie de l'occupation du sol sur l'ensemble des Pyrénées

La cartographie de l'occupation du sol et son évolution sur l'ensemble des Pyrénées a été réalisée avec un niveau de détail encore inégalé sur les écosystèmes montagnards...

Chantier Sud-Ouest : Suivi de l’enneigement et des variables météorologiques à Bassiès en temps réel

Au cours de l'hiver dernier, une station de type "nivose" permettant de mesurer les variables météorologiques de surface et la hauteur de la neige a été installée par le CESBIO près des étangs de Bassiès en Ariège (altitude : 1650 m)...

Chantier Sud-Ouest : Cartographie de la conductivité électrique des sols d'un bassin versant pour caractériser la variabilité spatiale de la Réserve en eau Facilement Utilisable des sols (RFU)

Il s'agit de mieux caractériser la variabilité spatiale des réponses hydrologiques et éco-physiologiques (développement des cultures...) à l’échelle d’un paysage en vue de leur modélisation...

  b) Le chantier SudMed

Chantier SudMed : Suivi de l'enneigement dans le Haut Atlas au Maroc

Dans le cadre du Laboratoire Mixte International TREMA « Télédétection et Ressources en Eau en Méditerranée semi-Aride » : installation d’un instrument visant à mesurer les précipitations neigeuses au niveau du refuge du Toubkal dans le Haut Atlas...

Chantier SudMed : Les données sont maintenant télétransmises directement sur le serveur du laboratoire TREMA basé à l’Université Cadi Ayyad de Marrakech (UCAM).

Les avantages sont multiples : la qualité des données peut être suivie à distance et une éventuelle défaillance détectée en temps quasi-réel. Les observations de la semaine sont par ailleurs diffusées sur le site internet du laboratoire...

Chantier SudMed : installation du site « olivier pluvial » près de Nasrallah, zone SICMED Merguellil (Tunisie)

On s’attend dans les prochaines décennies à une augmentation de la fréquence des évènements de sécheresse au sud de la Méditerranée. La compréhension du fonctionnement des couverts d’agriculture pluviale, et plus particulièrement l’olivier, produit agricole principal en Tunisie, est donc essentielle...

  2/ Modélisation et traitements

Suivi de la sécheresse en zones semi-arides : un indice d’anomalie (AMI : Anomaly Moisture Index) a été proposé pour quantifier statistiquement le niveau de sécheresse

Depuis quelques années, les scientifiques commencent à exploiter le potentiel des données satellites permettant le suivi de la dynamique de la végétation ou l’état hydrique du sol, par exemple les travaux basés sur la mission spatiale SMOS au CESBIO...
...

Dans le cadre de l'Observatoire Spatial Régional, présentation aux journées Kalideos du CNES d'un travail sur la variabilité interannuelle du climat et sur ses impacts sur la réponse de la végétation.

Le programme Kalideos, mis en place par le CNES, a pour objectif le développement de bases de données de télédétection de référence à destination de la communauté scientifique. Pour les journées anniversaires des 10 ans de Kalideos (17 et 18 octobre 2012), le CESBIO présente un travail original sur la détection de différents types de friches et de prairies à partir des séries d'images Spot et Formosat.

  3/ Les missions spatiales

SMOS : suivi d'un grave épisode d'inondation en Russie

Le sud-ouest de la Russie a récemment connu de graves inondations, SMOS permet suivre l'évolution de l'humidité du sol...

SPOT4 - take 5 : ou comment simuler avec SPOT4 la répétitivité des acquisitions de la prochaine mission Sentinel-2 de l'ESA

Entre la fin de mission de Spot4 et la désorbitation du satellite, une phase expérimentale devrait permettre de placer SPOT4 sur une orbite ayant un cycle de 5 jours. Depuis cette orbite, il sera donc possible d'acquérir des données tous les 5 jours sous des angles constants pendant 4 mois, du 01/02/2013 au 31/05/2013...


  4/ Enseignements

SMOS : la première "Training session" au CESBIO à Toulouse

SMOS training session : 18 participants de plus de 15 pays differents (Japon, Chine, Bangladesh, Argentine, Brésil, US, Canada, Italie, GB, Belgique, Hollande, France, Espagne, Pologne, Allemagne) sont attendus à Toulouse entre les 5 et 9 Novembre 2012...

  5/ Applications, Valorisation

Le CESBIO au service de l'optimisation des ressources en eau dans le bassin versant de la Neste : participation au projet MAISEO ®

Aux côtés de plusieurs partenaires industriels et scientifiques, il s'agit pour le CESBIO de contribuer à l'effort d'optimisation de l'utilisation de la ressource en eau. Cet effort portera sur des cultures irriguées dans le bassin versant de la Neste, principale ressource en eau pour le département du Gers en Midi-Pyrénées...


Participation au projet "SIRHYUS": Services d’Information pour la gestion des Ressources HYdriques et leurs USages

Ce projet a pour but de développer des services opérationnels dédiés à la gestion des ressources en eau à l’échelle des bassins, en France et à l’étranger. L’ambition est d’exploiter au maximum les données satellitaires disponibles et à venir en synergie avec les mesures in-situ et les modèles...

 
 
 
Chantier Sud-Ouest: cartographie de l'occupation du sol sur l'ensemble des Pyrénées haut
 

La cartographie de l'occupation du sol sur l'ensemble des Pyrénées a été réalisée à partir des archives du satellite Landsat. La carte numérisée correspond à l'occupation du sol, celle ci est documentée par une légende riche de plus de 70 classes (friches, landes, types de feuillus et de résineux...). Le résultat permet de distinguer de nombreuses classes de végétation.

 

Références : tools-for-multitemporal-analysis-and-classification-of-multisource-satellite-imagery  
(A. Massé et al. 2012)
- la publication IEEE
- le poster

  • Coordination scientifique : Danielle Ducrot

    Collaboration : Jean-François Dejoux et Mohammed Kadiri au CESBIO.

    Etudiants :

    • Antoine Masse en thèse
    • Pierre Yves Lecourt
    • Renaud Lagnous
    • Jeremy Lacourt

Les classifications ont été réalisées par une méthode contextuelle intégrant une segmentation et divers masques (nuages, région…) et rassemblées en une mosaïque.

Nous disposions de 8 tuiles Landsat pour couvrir les Pyrénées. Des échantillons de chaque classe thématique ont pu être relevés à l’aide de référentiels tels que :

  • la base de données ORTHO® de l'IGN,
  • le Registre Parcellaire Graphique (RPG)
  • et le géoportail de l’IGN,

2 projets importants vont s'appuyer sur les informations cartographiées :

  • l'ANR "Mode respyr" visant à suivre l'historique ainsi que les perspectives d'évolution de l'occupation du sol dans les Pyrénées
  • et l'Observatoire Pyrénéen du Changement Climatique (OPCC) afin de mettre au point des outils fiables et efficaces pour renseigner des indicateurs de comportements des surfaces en lien avec la variabilité climatique et l'évolution des activités humaines dans les Pyrénées.

Pour découvrir cette carte sur l'ensemble de la chaine pyrénéenne avec sa légende, voici 2 types d'affichage :

  • lien vers fichier html (format léger) :
  • fichier kmz pour une visualisation sur google map : télécharger ici :

En savoir davantage :

  • le chantier SudOuest du CESBIO
  • l' Observatoire Pyrénéen du changement climatique (OPCC)
  • l'OPCC au CESBIO
  • l'ANR "Mode respyr"
  • le Registre Parcellaire Graphique
  • IGN : la base de données ORTHO et le geo-portail

contacts au CESBIO : Danièle Ducrot

 
Chantier Sud-Ouest : Suivi de l’enneigement et de la météo à Bassiès (Ariège) en temps réel haut
 

Au cours de l'hiver dernier, une station de type "nivose" permettant de mesurer les variables météorologiques de surface et la hauteur de la neige a été installée par le CESBIO près des étangs de Bassiès en Ariège (altitude : 1650 m).

Cette station s'est dotée au cours de l'été d'une télétransmission et d'une caméra permettant un suivi en temps réel des données et une visualisation des conditions locales.

Ce suivi permet d’optimiser l’exploitation de cette station et ainsi de rendre la maintenance plus aisée. L'an passé la hauteur de neige a atteint 180 cm et la température est passée sous les -17°C.

Nous mettons à la disposition du public les rélevés en temps réel de notre station météo automatique

Cette station est financée par le projet FLUXPYR et l'Observatoire Homme Milieu (OMH) du Haut-Vicdessos et s'inscrit dans le cadre des recherches menées au CESBIO sur la modélisation des bilans d'eau à l'échelle de la région Sud-Ouest.

Installation de la station de mesure de Bassiès
© Simon Gascoin (CESBIO)

Personnes impliquées:

CESBIO : P. Fanise, S. Gascoin, E. Ceschia,  ...
GEODE : T. Houet

 

 

contact au CESBIO : Simon Gascoin

En savoir davantage :

  • relevés en temps réel de la station de Bassiès
  • le chantier SudOuest du CESBIO
  • le projet FLUXPYR
  • l'Observatoire Homme Milieu (OMH) du Haut-Vicdessos
 
haut
 

Le projet vise à spatialiser la réserve utile des sols dans les paysages agricoles à l’échelle du bassin versant de Montoussé (3.3 km²). Nous voulons améliorer notre connaissance de la variabilité spatiale des réponses hydrologiques et éco-physiologiques (développement des cultures...), nous avons choisi de le faire à l’échelle d’un paysage dans un objectif de modélisation.

Les bassins versants agricoles sont formés d’une mosaïque de sols très hétérogènes qui sont le résultat et la cause de processus d’évolution spatialement organisés. Ce travail vise à clarifier les modalités de distribution des couvertures pédologiques à l’échelle d’un territoire, tant d’un point de vue quantitatif (épaisseur des profils) que qualitatif (nature des sols). Il permettra de quantifier la variabilité spatiale de la réserve utile pour les plantes et plus généralement, de la ressource en eau à l’échelle des paysages.

Ce projet s’est concrétisé par la cartographie de la conductivité électrique des sols en utilisant une méthode d’induction électromagnétique (EM38 et EM31) et par la mise en œuvre de 18 profils de résistivité électrique le long de transects. Ainsi nous constatons que l’organisation spatiale des signaux de conductivité sont très étroitement associés à la topographie et à l’orientation des versants.

La réserve utile (RU) est exprimée en millimètres. Elle correspond à l’eau présente dans le sol qui est utilisable par la plante.

Variation de la conductivité en fonction de :

  • la nature du substratum et des produits d’altération
  • la teneur en eau
  • la morphologie.

Cette initiative se déroule dans le cadre des actions scientifiques 2012 de l’ OMP.

En savoir davantage :

  • premiers résultats sur le site du CESBIO
  • le chantier SudOuest du CESBIO
  • le laboratoire ECOLAB – Laboratoire écologie fonctionnelle et environnement
  • le laboratoire Géosciences Environnement Toulouse (GET)

contact au CESBIO : Vincent Bustillo

 
Chantier SudMed : suivi de l'enneigement dans de Haut Atlas au Maroc haut
 


Dans le cadre du Laboratoire Mixte International TREMA (« Télédétection et Ressources en Eau en Méditerranée semi-Aride » , consortium intégrant des chercheurs :

  • du Centre d’Etudes Spatiales de la BIOsphère (CESBIO),
  • de l’Université Cadi Ayyad (UCAM),
  • de l’Agence de Bassin Hydraulique du Tensift (ABHT),
  • de l’Office Régionale de Mise en Valeur Agricole du Haouz (ORMVAH),
  • du Centre National de l’Energie des Sciences et des Techniques Nucléaires (CNESTEN)
  • et la Direction de la Météorologie Nationale (DMN),

un dispositif expérimental se met en place sur le bassin versant de l’oued Rheraya, dans le Haut Atlas.

L’objectif est de mieux  comprendre les processus qui régissent l’écoulement de l’eau depuis le Haut-Atlas jusqu’à la plaine du Haouz. La région de Marrakech, et en particulier les zones irriguées qui mobilisent 85% de l’eau disponible, est en effet tributaire des précipitations en haute montagne (qui peuvent constituer jusqu’à 50% des débits des oueds). Le Djebel Toubkal et les massifs environnants peuvent être ainsi assimilés à de grands réservoirs, véritables châteaux d’eau pour la ville ocre.

Dans ce cadre, le CAF héberge depuis 2007 l’une des stations météo au refuge du Neltner (3207 m). Cette station météorologique du Neltner a été complétée en octobre 2012 par l’installation d’un instrument visant à mesurer les précipitations neigeuses au niveau du refuge du Toubkal.

 

 

le responsable du refuge en compagnie des agents CESBIO, Abdelilah El Moutamanni et Mohamed Kasbani, après l’installation du nouveau matériel

 

© CESBIO

 

La station du Neltner fait partie d’un réseau de stations échelonnées le long de l’oued Rheraya et présentant un panel d’altitudes variées (Asni : 1185 m / Imskerbour : 1447 m / Aremd : 1945 m / Tachedirt : 2450 m / Oukaïmeden : 3220m / Neltner : 3207 m).

Ce réseau de mesures en montagne est unique au Maroc. Les données collectées sont utilisées par les chercheurs du CESBIO et de l’UCAM pour :

  • suivre le manteau neigeux du Haut Atlas,
  • valider les estimations de surfaces enneigées réalisées grâce aux satellites
  • valider les modèles hydrologiques.

Liens utiles :

  • les données "temps réel"
  • le chantier SudMed au CESBIO
  • le laboratoire LMI TREMA  

contact au CESBIO : Lionel Jarlan et Michel Le Page

 

 
Chantier SudMed : Les données sont maintenant télétransmises directement sur le serveur du laboratoire TREMA basé à l’Université Cadi Ayyad de Marrakech (UCAM). haut
 


Les données sont maintenant télétransmises directement sur le serveur du laboratoire TREMA
basé à l’Université Cadi Ayyad de Marrakech (UCAM). Les avantages sont multiples : la qualité des données peut être suivie à distance et une éventuelle défaillance détectée en temps quasi-réel. Les observations de la semaine sont par ailleurs diffusées sur le site internet du laboratoire (http://trema.ucam.ac.ma/ => Observations => Temps réel => Météo / Flux).

Les mesures effectuées comprennent donc actuellement les précipitations solides et liquides ainsi que le taux d’humidité et la température de l’air. La station sera complétée plus tard dans l’année par un capteur de hauteur de neige et un anémomètre.

 

 

Interface du site internet du LMI TREMA permettant d’obtenir les données en temps quasi-réel

© CESBIO

 

Liens utiles :

  • les données "temps réel"
  • le chantier SudMed au CESBIO
  • le laboratoire LMI TREMA  

contact au CESBIO : Lionel Jarlan et Michel Le Page

 

 
Chantier SudMed : installation du site « olivier pluvial » près de Nasrallah, zone SICMED Merguellil (Tunisie) haut
 


On s’attend dans les prochaines décennies à une augmentation de la fréquence des évènements de sécheresse au sud de la Méditerranée, liée aux changements climatiques. La compréhension du fonctionnement des couverts d’agriculture pluviale, et plus particulièrement de l’olivier, produit agricole principal en Tunisie, est donc essentielle.

L’estimation spatialisée des flux d’évapotranspiration à l’aide des données de télédétection se heurte pour ces oliveraies à la difficulté de tirer des informations sur un couvert tri-dimensionnel à l’aide d’images bi-dimensionnelles. En raison de la faible pluviométrie annuelle, les arbres sont en effet plantés à une vingtaine de mètres les uns des autres, et le NDVI de ces oliveraies est donc proche de celui d’un sol nu.

Afin de comprendre en quoi le fonctionnement de ces zones diffère de celui d’un sol nu, nous avons instrumenté une parcelle de 4 * 1 km à l’aide d’une station de flux et de mesures spécifiques pour le sol nu intercalaire (température, fosse sol, …).

La prochaine étape est l’acquisition de mesures allométriques et d’incide foliaire, de mesures de densité racinaire et un suivi écophysiologique (flux de sève, photosynthèse…). Un LICOR 7200 viendra bientôt équiper ce site en remplacement du 7500 vieillissant. Les données (hors postraitement des flux turbulents bien sûr) sont télétransmises et disponibles sur un site internet dédié.

Equipe : P. Fanise, M. Bahir, H. Ayari, G. Boulet, B. Mougenot, V. Le Dantec, M. Zribi, V. Rivalland

 

 

 

Installation d’une station de flux sur le site "olivier pluvial" près de Nasrallah, zone SICMED Merguellil (Tunisie)

 

© CESBIO

 

Liens utiles :

  • le chantier SudMed au CESBIO

contact au CESBIO : Gilles Boulet et Bernard Mougenot

 

 
Suivi de la sécheresse en zones semi-arides : un indice d’anomalie (AMI : Anomay Moisture Index) a été proposé pour quantifier statistiquement le niveau de sécheresse haut
 


En Afrique du nord, et plus généralement en Méditerranée du sud, le climat est caractérisé par une fréquence élevée des évènements de sécheresse, allant de quelques semaines à quelques mois, exceptionnellement quelques années.

Les différentes études climatiques prouvent une augmentation de la fréquence de ces évènements à cause des changements climatiques. Ainsi, avoir une évaluation fine de la sécheresse est essentiel pour les décideurs. Les indices de sécheresse les plus utilisés sont principalement basés sur les mesures de précipitation.

Depuis quelques années, les scientifiques commencent à exploiter le potentiel des données satellite permettant le suivi de la dynamique de la végétation ou l’état hydrique du sol (ex. travaux basés sur SMOS au CESBIO).

Après validation des produits satellites des diffusiomètres ERS/WSC et ASCAT/METOP sur la Tunisie centrale, un indice d’anomalie (AMI : Anomay Moisture Index) a été proposé pour quantifier statistiquement le niveau de sécheresse, à partir d’une série de données de 20 années.

La figure ci-dessous illustre la comparaison entre l’indice MAI et l’indice de sécheresse SPI (Standardized Precipitation Index) très utilisé pour le suivi de la sécheresse. La forte cohérence entre les deux indices prouve le potentiel de l’AMI pour le suivi de la sécheresse. Il est particulièrement utile sur des régions sans réseaux de pluviomètres. Il est aussi complémentaire aux indices de précipitation en zones semi-arides, où le niveau de précipitation n’est pas nécessairement en forte corrélation avec le niveau du stock d’eau dans le sol, à cause de la particularité orageuse des évènements pluvieux et le niveau très élevé de l’évapotranspiration.

 

Comparaison entre l’indice MAI et l’indice de sécheresse SPI (Standardized Precipitation Index) sur une série de 20 années : remarquez la forte cohérence entre les deux indices.

Référence : R. Amri, M. Zribi, Z. Lili-Chabaane, W. Wagner, S. Hauesner, Analysis of ASCAT-C band scatterometer estimations derived over a semi-arid region, IEEE Transactions on Geosicence and Remote Sensing, 50, 7, Part I, 2630-2638. July 2012

Liens utiles :

  • le chantier SudMed au CESBIO
  • publication IEEE "R. Amri et al." , july 2012

contact au CESBIO : Mehrez Zribi

 

 
SPOT4 - take 5 : ou comment simuler avec SPOT4 la répétitivité des acquisitions de la prochaine mission Sentinel-2 de l'ESA haut
 

La fin de la mission nominale de Spot4 est planifiée pour fin 2012 ou début 2013. Entre cette fin de mission et la désorbitation du satellite, une phase expérimentale proposée par le CESBIO devrait permettre de placer SPOT4 sur une orbite ayant un cycle de 5 jours comme Sentinel-2. Depuis cette orbite, il serait donc possible d'acquérir des données tous les 5 jours sous des angles constants pendant 4 mois, du 01/02/2013 au 31/05/2013.

Dans le cadre d'une expérience destinée à simuler avec SPOT4 la répétitivité des acquisitions de la mission Sentinel-2 de l'ESA, le CNES a lancé un appel à proposition de sites afin de choisir les 8 sites de 120*120 km et le site de 240*220 km² pour lesquels le CNES financera l'acquisition des images.

Cette proposition de sites SPOT4-Take 5 a connu un beau succès, puisque 20 propositions ont été reçues, regroupant 81 laboratoires différents.

Les thématiques les plus rencontrées sont :

  • l'occupation des sols
  • la biodiversité, les habitats
  • le trait de côtes (5 propositions)
  • les prairies
  • les besoins en eau des cultures
  • la neige
  • les estuaires et zones humides
  • le suivi de volcans
  • la phénologie (datation d’événements saisonniers, comme la pousse des feuilles) des forêts
  • les sols.

La réunion de sélection des sites par un comité de pilotage monté par le TOSCA du CNES (Terre, Océan, Surfaces Continentales, Atmosphère) aura lieu le 5 Novembre.


 

 

l'image permet de visualiser les demandes de sites sur l'Europe et l'Afrique.

© CESBIO

 

En savoir davantage :

  • la mission spatiale Sentinel-2

contact au CESBIO : Olivier Hagolle

 

 
Dans le cadre de l'Observatoire Spatial Régional (OSR), présentation aux journées Kalideos du CNES d'un travail sur la variabilité interannuelle du climat et ses impacts sur la réponse de la végétation. haut
 

Le programme Kalideos, mis en place par le CNES, a pour objectif le développement de bases de données de télédétection à pour la communauté scientifique. La base "OSR MiPy" est plus particulièrement focalisée sur la gestion des ressources hydroagricoles et les questions d’aménagement du territoire.

Pour les journées anniversaires des 10 ans de Kalideos (17 et 18 octobre 2012), le CESBIO présente un travail original sur la variabilité interannuelle du climat et ses impacts sur la réponse de la végétation avec une attention particulière portée à la détection de différents types de friches et de prairies à partir des séries d'images Spot et Formosat. Ces classes d'occupation du sol sont mal connues alors qu'elles présentent un caractère stratégique pour l'environnement et la biodiversité.

La Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL) en Midi-Pyrénées a sollicité le CESBIO, dans le cadre des travaux sur la Trame Verte et Bleue, pour profiter de l'extraordinaire richesse des archives Kalideos OSR MiPy sur ce sujet.

L'OSR couvre une zone très variée en matière de végétation, de sols et de relief. Cet observatoire gère plusieurs séries d'images satellites (10 à 20 par an) acquises à haute résolution (8 à 20 mètres) depuis 10 ans. Ceci permet de comparer des données acquises sur des périodes très contrastées sur le plan climatique.

Comparées au comportement moyen de leur classe, les végétations pérennes semi-naturelles présentent des variabilités importantes en fonction de critères comme l'humidité, le taux de ligneux, l'exposition...

 

Variabilité interannuelle du climat et impacts sur la réponse de la végétation

Jean-François Dejoux, Kadiri Mohamed, Danielle Ducrot
et Claire Marais-Sicre.

En savoir davantage :

  • La présentation (pdf) Variabilité interannuelle du climat et impacts sur la réponse de la végétation
  • Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL) Midi-Pyrénées  
  • la trame verte et bleue
  • l'Observatoire Spatial Régional au CESBIO

contacts : Jean-François Dejoux et Mohamed Kadiri

 
SMOS : suivi d'un grave épisode d'inondation en Russie haut
 

Le sud-ouest de la Russie a récemment connu de graves inondations en ce début de Juillet 2012. La zone concernée par les événements est située à la frontière de la mer Noire, la ville de Krymsk ayant été gravement endommagée.

Entre le 7 et le 11 juillet 2012, le total des précipitations a atteint 275 mm sur cette région, ce qui est équivalent à 3 ou 4 mois de pluie pour une année moyenne.

Sur l'animation en ligne sur le blog SMOS vous pouvez suivre les valeurs de l'humidité du sol (m3/m3), dérivées des données SMOS acquises entre le 4 et le 9 juillet 2012.

© CESBIO

En savoir davantage :

  • Le blog de l'équipe SMOS du CESBIO
  • en savoir davantage sur cet événement : Wikipédia (Russian floods)
  • la mission SMOS sur le site du CESBIO 

 contact au CESBIO : Arnaud Mialon

 

 

SMOS : la première "training session" à Toulouse au CESBIO du 5 au 9 novembre 2012

haut
 

 

Le programme technique comprendra :

    La théorique derrière la mission SMOS :
      Une introduction aux caractéristiques de l'orbite et des mesures de SMOS
      Comment sont obtenues l'humidité des sols et la salinité des océans à partir des mesures satellite ? La chaîne de traitement des données : depuis les mesures jusqu'aux produits températures de brillance, humidité des sols et salinité des océans
      Mises en garde et pièges à éviter
      Comment tirer le maximum des données elles-mêmes
    Sessions de formation pratiques pour chaque produit SMOS incluant :
      Accéder aux données
      Travailler avec les produits et comprendre leur contenu
      Vérification de la qualité des données (flags & filtrage des données)
      Outils clés et logiciels pour une manipulation facile des données
      Exercices guidés par l'équipe SMOS du CESBIO et des experts des institutions partenaires
      Installer et faire tourner les traitements d'inversion d'humidité des sols et/ou de salinité des océans

 

 

© CESBIO

En savoir davantage :

  • davantage de détails sur le blog de l'équipe SMOS du CESBIO
  • la session de formation présentée sur le site du CNES  

 contact au CESBIO : Yann Kerr

 
Lle CESBIO au service de l'optimisation des ressources en eau dans le bassin versant de la Neste : participation au projet MAISEO ® haut
 

 

MAISEO® est un programme de Recherche et Développement porté par le Groupe Coopératif VIVADOUR, leader de la collecte maïs grain et de sa transformation agroalimentaire dans le département du Gers.

Il s'agit d'optimiser la gestion quantitative de la ressource en eau sur des cultures irriguées dans le bassin versant de la Neste, principale ressource en eau pour le département du Gers en Midi-Pyrénées.

A coté de METEO FRANCE et du LAAS (Laboratoire d’Analyse et d’Architecture des Systèmes), le CESBIO apportera son expertise dans le domaine de l'observation spatiale et de la modélisation. Ce travail se fera au moyen de données satellite mais aussi de modèles afin de prendre en compte les principaux processus de développement des cultures et en particulier l'utilisation de l'eau par celles-ci.

Ce projet se place dans le cadre de la préparation de la mission spatiale Sentinel-2. L'objectif est d'aller vers un fonctionnement à caractère opérationnel en temps réel.

Associés à VIVADOUR, 3 entreprises sont partenaires de ce projet : PIONEER, GEOSYS et la CACG gestionnaire du bassin versant de la Neste.

Le programme démarre en décembre 2012 et durera 4 ans. Il mobilisera plus de 4,2 M€ d’investissement et bénéficiera de 1,6 M€ de soutiens publics provenant du Fonds Unique Interministériel de l’Etat, de la Région Midi‐Pyrénées, de l’Agence de l’Eau Adour‐ Garonne, du Conseil Général des Hautes‐Pyrénées et des Fonds Structurels européen du Feder.


MAISEO® est labellisé par le Pôle de Compétitivité AGRIMIP SUD‐OUEST INNOVATION et co‐labellisé par le Pôle de compétitivité EAU.

 

 

Paysage agricole du Gers © CESBIO

En savoir davantage :

  • dossier de presse MAISEO

 contact au CESBIO : Valérie Demarez

 

Participation au projet "SIRHYUS": Services d’Information pour la gestion des Ressources HYdriques et leurs USages

haut
 

Le projet SIRHYUS (Services d'Information pour la gestion des Ressources HYdriques et leurs Usages) a pour but de développer des services opérationnels dédiés à la gestion des ressources en eau à l’échelle des bassins, en France et à l’étranger. L’ambition est d’exploiter au maximum les données satellitaires disponibles et à développer une synergie avec les mesures in-situ et les modèles.

SIRHYUS a été sélectionné en août 2011 dans le cadre du 12ème appel à projet du Fonds Unique Interministériel. SIRHYUS a démarré en mars 2012.

Les partenaires de ce projet labellisé par le Pôle de Compétitivité Eau sont des organismes scientifiques publics (UMR TETIS de l’IRSTEA, CESBIO-Université Paul Sabatier et CNES), des PME innovantes (ACRI-ST et G2C Environnement) et des grands groupes de service (Veolia Eau et EDF).

D’une durée de 3 ans, SIRHYUS est coordonné par Veolia Environnement Recherche et Innovation. Son coût total prévisionnel est de 3,7 M€, dont 40% apportés par des soutiens financiers de l’Etat (FUI-OSEO), des régions PACA et Languedoc Roussillon, de la Fondation de Coopération Scientifique STAE et du FEDER. Les services seront commercialisés au moyen d’une plateforme accessible via Internet. La première phase du projet a porté sur l’identification des besoins des utilisateurs et des services correspondants.

Ce projet est l’occasion pour le CESBIO de contribuer à l’effort d’innovation en valorisant ses résultats et ses méthodes basées sur la télédétection.

Le CESBIO est plus particulièrement en charge du volet gestion quantitative de l’eau : cartographie de la couverture et de l’usage des terres, suivi du manteau neigeux, évaluation du bilan hydrique et estimation des besoins en eau des cultures.

Le projet permettra au laboratoire de mieux cerner les besoins, d’approfondir ses méthodes pour un usage opérationnel, d’identifier de nouvelles pistes de recherche et de développer ses partenariats.

En savoir davantage :

  • Appel à projet du 12ème FUI, Projet : "SIRHYUS": Services d’Information pour la gestion des
    Ressources HYdriques et leurs USages

 contact au CESBIO : Gérard Dedieu