Une matinée mouvementée au CNES

Un inhabituel déploiement policier devant le bâtiment Copernic au CNES

C'est certain, dans quelques mois, ils en riront tous, et pendant quelques années, mais sur le moment, cela a dû être très impressionnant. Imaginez la surprise de mes collègues du CNES, tôt ce matin, lorsqu'une escouade de policiers a fait irruption dans le couloir de leur bâtiment, et a demandé à réunir tous les personnels travaillant au suivi du satellite SPOT5. Mes collègues ont été cantonnés pendant près d'une heure dans la salle de réunion, sous surveillance, pendant que les officiers discutaient avec les responsables du service et avec la direction du CNES. Ma situation au CESBIO, à l'extérieur du CNES, m'a heureusement permis d'échapper à cet événement extrêmement désagréable.

 

 

 

Le malentendu a vite été dissipé, mais il donne une idée de la manière dont nos
communications sont suivies. Les policiers ont en fait agi sur une information émanant des services de la NSSA américaine (la National Satellite Security Agency), les poussant à intervenir en urgence, pour empêcher une opération imminente de piratage du satellite SPOT5. L'objectif des pirates était de prendre le contrôle du satellite et de le détourner de son orbite nominale. Cette opération devait prétendument avoir lieu le lendemain, le 2 avril.

 

 

Les enquêteurs étaient particulièrement inquiets du fait qu'un mot revenait fréquemment dans les communications interceptées par la NSSA ("prenons en cinq", "Take 5" en anglais). Les enquêteurs craignaient que d'autres satellites soient visés par cette attaque qui semblait réunir des correspondants provenant de 150 sites dans le monde. De nombreuses ramifications de ce complot international semblaient également aboutir à l'Agence Spatiale Européenne.

 

Finalement, en présentant aux enquêteurs plusieurs documents et compte rendus officiels, nos responsables ont réussi à convaincre la police qu'il n'y avait rien d'anormal : les informations collectées par la NSSA étaient justes en grande partie, c'est leur interprétation qui était complètement fausse !  Il est effectivement bien prévu, dès demain, le 2 avril, de modifier l'orbite du satellite SPOT5 pour une opération dont le nom de code est Take5, mais il s'agit d'une opération tout à fait officielle, dont l'objectif est la réalisation d'une expérimentation scientifique portant sur 150 sites, pour des applications scientifiques très diverses.

 

Espérons que la matinée de demain, consacrée à la manœuvre de changement d'orbite, sera beaucoup plus tranquille que celle de ce premier avril.