New satellites added to SMAC atmospheric correction

=>

New coefficients have been added to the CESBIO repository for SMAC coefficients. The new sensors taken into account are :

  • Landsat 8, RapidEye
  • Quickbird, Worldview2, Ikonos
  • Pléiades1A (PHR1A)
  • DMC-DEIMOS1

 

The Simplified Model for Atmospheric Correction (SMAC) is the perfect model to perform easy, quick and not too dirty atmospheric corrections. It is based on very simple analytic formulas, based on the 5S model. The 49 coefficients of this model are fitted using a large number of radiative transfer simulations with the 6S model (the old historic version, not the recent vector version). This software is not very accurate (much less than MACCS), and it requires in-situ measurements for the aerosol optical thickness, and weather analyses for ozone and water vapour. If these data are available,  in most cases, its accuracy is within 2 and 3 percent, if we do not account for adjacency effects and slope effects, and it may be worse for large viewing and solar angles (above 70°) or within strong absorption bands.

 

SMAC is very easy to use:

#read the 49 coefficients in smac_soefs table
nom_smac ='COEFS/coef_FORMOSAT2_B1_CONT.dat'
coefs=coeff(nom_smac)
 
#read the TOA reflectance image in r_toa variable
#depends on the file format
 
#read the angle values in the image metadata
theta_s=30
phi_s=180
theta_v=0
phi_v=0
# compute pressure at pixel altitude
pressure=PdeZ(1300)
 
#find the values of AOT, UO3, UH2O
AOT550=0.1
UO3=0.3
UH2O=3
 
#compute the atmospheric correction
r_surf=smac_inv(r_toa,theta_s,phi_s,theta_v,phi_v,pressure,AOT,UO3,UH2O,coefs)

where :

  • theta_s, phi_s are the solar zenith and azimuth angles
  • theta_v, phi_v are the viewing zenith and azimuth angles
  • AOT is the aerosol optical thickness at 550 nm which may be obtained from an Aeronet stations, or guessed, or equal to 0.1 for a really dirty atmospheric correction.
  • UO3 is the ozone content in cm.atm (0.3 is OK)
  • UH2O is the water vapour integrated content in kg/m². When I do quick and dirty atmospheric correction, I often use a value equal to 3, but I do not process spectral bands with strong water vapour absorption bands.
References

[1] Rahman, H., & Dedieu, G. (1994). SMAC: a simplified method for the atmospheric correction of satellite measurements in the solar spectrum. REMOTE SENSING, 15(1), 123-143.
"[2]"Tanré, D., Deroo, C., Duhaut, P., Herman, M., Morcrette, J. J., Perbos, J., & Deschamps, P. Y. (1990). Technical note Description of a computer code to simulate the satellite signal in the solar spectrum: the 5S code. International Journal of Remote Sensing, 11(4), 659-668.

"[3]"Vermote, E. F., Tanré, D., Deuze, J. L., Herman, M., & Morcette, J. J. (1997). Second simulation of the satellite signal in the solar spectrum, 6S: An overview. Geoscience and Remote Sensing, IEEE Transactions on, 35(3), 675-686.>
"[4]"Kotchenova, S. Y., Vermote, E. F., Matarrese, R., & Klemm Jr, F. J. (2006). Validation of a vector version of the 6S radiative transfer code for atmospheric correction of satellite data. Part I: Path radiance. Applied Optics, 45(26), 6762-6774.
"[5]"Kotchenova, S. Y., & Vermote, E. F. (2007). Validation of a vector version of the 6S radiative transfer code for atmospheric correction of satellite data. Part II. Homogeneous Lambertian and anisotropic surfaces. Applied Optics, 46(20), 4455-4464.

 

What about playing Take Five again with SPOT-5 ?

=>

This post is regularly updated with news (the official date of Sentinel-2 launch) or to add new arguments.


SPOT5 will soon end its career. After 12 years of image acquisitions, the satellite will retire in 2015. CNES might launch a call for scientific experiments with SPOT5 before the satellite de-orbitation. I am quite sure it would be useful to repeat the SPOT4 (Take5) experiment, for the following reasons :

 

  • The official Launch date of Sentinel-2A in now March the 30th, 2015. Even if the satellite is launched in time, the routine acquisition on the 10 day cycle orbit will start one or two months later, and it will take several months to distribute data operationally. Data from the second Sentinel-2 satellite will probably only be available the year after, we will thus have to wait until 2016 to get data with a 5 days repetitivity.
  • A new Take5 experiment based on SPOT5 would allow to go on preparing uses, methods and applications based on time series, to get ready to make an operational use of Sentinel-2 just after the data are released.
  • SPOT5 provides multispectral images with a 10 m resolution, just like Sentinel-2. A new Take5 experiment would allow better simulations of Sentinel-2 data.
  • SPOT4 (Take5) experiment was held in Spring and ended in June, we might this time try to extend the time period towards the Summer to monitor the summer crops.

For the first presentation of SPOT4(Take5) proposal, I had been told that it had no chance to succeed, and I had even used this drawing as my last slide. SPOT5 (Take5) chances of success are the same, but isn't it worth trying ?

  • The SPOT4(Take5) experiment was set up very quickly and we lacked time to convince international partners to take part to the experiment. This time, thanks to SPOT4(take5). Now, thanks to SPOT4(Take5) little celebrity, it should be easier to involve new international partners, and to reach new users. The cost for international partners to get access to data for one site every fifth day during five months was about 4000€. Please contact me if you think your organism might participate.
  • SPOT4 (Take5) sites were chosen very quickly, and many users complained they had no time to set-up ambitious measurement campaigns, to hire people for ground truth measurements and define protocols. This time, we might obtain a longer prior notice period to set things up properly.
  • The dreadful weather we had in Europe during SPOT4(take5), nearly spoiled a few experiments, but we may hope that it would not happen again if we tried it one more time.
  • ESA and JRC excepted, we did not have time to involve European partners in SPOT4 (Take5), and 95% of the sites chosen by ESA and JRC were outside Europe. This time, we could focus part of the experiment on Europe.
  • We might try to have the experiment running for a longer period that in the first time, but it will mean a  larger cost for CNES, and we willl need to have a convincing set of experiments to convince CNES.

Even if SPOT4(Take5) was a success, we will need to build an excellent proposal in order to convince CNES, in a constrained funding context. After the experiment was already funded once, it is not a premiere anymore, and its impact will be less straightforward.

 

We thus need to compensate with original ideas and a large support.  If you are interested to participate to a possible SPOT5 (Take5), please leave messages on this blog or on my email, Please do not forget to provide us the results you obtained with SPOT4(Take5).

 

Et si on rejouait Take Five avec SPOT-5 ?


=>

Cet article est régulièrement mis à jour avec l'arrivée de nouvelles (la date officielle de lancement de Sentinel-2), ou l'ajout de nouveaux arguments.

 

SPOT5 aussi va bientôt terminer sa carrière. Après 12 ans d'acquisitions d'images, le satellite va prendre sa retraite en 2015. Le CNES pourrait donc lancer prochainement un appel à utilisation scientifique de SPOT5 avant la désorbitation du satellite. Il me semble qu'il pourrait être utile de répéter l'expérience SPOT4(Take5), pour les raisons suivantes :

 

  • la date officielle du lancement de Sentinel-2A est le 30 avril 2015. Même si le satellite est lancé le jour prévu, il faudra un à deux mois pour que le satellite commence ses acquisitions systématiques de routine sur l'orbite prévue, et son segment sol mettra quelques mois à devenir complètement opérationnel.Il est donc malheureusement peu probable que S2A puisse être utilisé pour le suivi des cultures 2015 dans l'hémisphère Nord. Par ailleurs, le deuxième satellite de la constellation (S2-B), qui permet d'obtenir le cycle de 5 jours, ne sera disponible que l'année suivante.
  • Les données d'une expérience SPOT5 (Take5), fournissant des séries temporelles avec une répétitivité de 5 jours, permettraient donc de poursuivre la préparation des utilisateurs et le développement des applications et méthodes basées sur les séries temporelles.
  • SPOT5 permet d'obtenir des images multispectrales avec une résolution de 10 mètres, comme Sentinel-2, l'expérience permettrait donc de s'approcher davantage des caractéristiques de Sentinel-2.
  • l'expérience Take5 a eu lieu au printemps pour l'hémisphère Nord et s'est achevée fin juin. Si l'on pouvait cette fois déborder sur l'été, d'autres expériences pourraient être programmées, par exemple pour le suivi des cultures d'été.
  • l'expérience SPOT4(Take5) s'était décidée très rapidement, nous avions eu peu de temps pour convaincre de nombreux partenaires internationaux de participer à l'expérience. Cette fois, en profitant de la petite notoriété de l'expérience SPOT4(Take5), nous pourrions impliquer de nouveaux partenaires. N'hésitez pas à m'écrire si vous pensez que votre organisme pourrait participer (rappel, le coût d'accès aux données pour SPOT4(Take5) était de l'ordre de 3000 € pour un site).
  • Lors de la première présentation de la proposition SPOT4(Take5), j'avais été prévenu que cette proposition avait peu de chances d'aboutir et j'avais même utilisé ce dessin pour conclure ma présentation. Il en va de même pour SPOT5 (Take5), mais ça vaut la peine d'essayer ?

  • Les sites SPOT4 (Take5) ont été choisis très rapidement, et quelques utilisateurs se sont plaints de ne pas avoir assez de temps pour monter une campagne de mesure ambitieuse, acquérir du matériel, trouver du monde pour faire des mesures de terrain. Cette fois, la durée de préavis plus longue pourrait permettre de faire les choses proprement.
  • la météo exécrable en Europe, pendant l'expérience SPOT4 (Take5), a fortement perturbé quelques expérimentations. On peut espérer que ces conditions ne se répètent pas cette fois, et un renouvellement de Take5 donnerait l'occasion de mener à leur terme ces expériences.
  • en dehors de l'ESA et du JRC, nous n'avions pas eu le temps d'impliquer des partenaires européens dans l'expérience, et les sites choisis par l'ESA et le JRC étaient à 95% en dehors de l'Europe. Nous aurions cette fois le temps d'impliquer des partenaires européens.

 

Malgré le succès de SPOT4(Take5), il nous faudra un excellent dossier pour convaincre le CNES, dans un contexte budgétaire défavorable : alors que l'expérience a déjà eu lieu une fois, il ne s'agit plus d'une grande première et il y a donc moins à gagner sur le plan de la communication, de l'originalité de l'idée...

 

Merci donc de me signaler votre éventuel intérêt pour cette expérience, en m'écrivant directement, ou en laissant un message sur ce blog. Les idées originales sont les bienvenues. N'oubliez pas non plus de nous faire un retour sur vos éventuels résultats obtenus avec SPOT4(Take5), qui serviront peut être aussi à convaincre nos directeurs.

 

Using High Spatial Resolution Time Series to monitor forage production

An index-based insurance solution is developed to estimate and monitor the near real-time forage production in France. In this system, payouts are indexed on an indicator, called Forage Production Index (FPI), calculated using a biophysical characterization of the grassland from medium spatial resolution remote sensing time series.

Figure 1: fCover mean profile on parcel 4 derived from remote sensing images of multiple sensors.

Figure 1: fCover mean profile on parcel 4 derived from remote sensing images of multiple sensors.

We used the fCover integral as a surrogate of the forage production. fCover is a biophysical parameter that estimates the fraction of ground covered by green vegetation, looking in a vertical direction, independently of the actual image sensor viewing or illuminations conditions.

 

The first step of the validation process is to compare local ground measurements of biomass production and FPI values obtained from high spatial resolution space-based images. A field protocol (from PV PROTIN, 2010. ARVALIS –Arvalis, Institut du Végétal) was applied to 6 plots of grassland located in the area of Toulouse. These plots were selected to represent variations on pasture management practices and to consider different types of grassland species (Table 1). From March, 7th to June, 17th 2013, biomass was measured every 15 days using a sickle bar mower with a 110 cm cutter bar. Finally, the dataset contains 320 plots. It corresponds to one production data per hectare per plot every two weeks in average.

Name Cover Surface (ha) Pasture management practice Images used
Parcel 1 Alfalfa 7,3 Hay Take 5 : 6 / Spot 6 : 2 / Landsat 8 : 1
Parcel 2 Natural grassland 9,4 Hay Take 5 : 4 / Spot 6 : 1 / Landsat 8 : 1 / Formosat2 : 4
Parcel 3 Ray-Grass 8,6 Silage in May /  Hay in June Take 5 : 5 / Spot 6 : 3 / Landsat 8 : 1
Parcel 4 Natural grassland 6,0 Hay Take 5 : 7/ Spot 6 : 2 / Landsat 8 : 1 / Formosat2 : 1
Parcel 5 Fescue/ Orchard grass / White clover 11,5 Hay then pasture Take 5 : 5 / Spot 6 : 2 / Landsat 8 : 2 / Formosat2 : 1
Parcel 6 Fescue/ Orchard grass 6,8 Hay Take 5 : 3 / Spot 6 : 2 / Landsat 8 : 1 / Formosat2 : 1

Table1 : Characteristics of the 6 parcels

 

The 6 plots are in the SudMipy area defined in the framework of SPOT4 -Take5 project. So we used SPOT4 images acquired in the context of this program to build a high spatial resolution time series. Due to the climatic conditions during spring 2013, we had to complete the dataset with images from other sensors Landsat-8, SPOT-6 and Formosat-2. Finally, from February, 16th to June, 26th 2013, we have one image every 15 days over the 6 parcels (Table 1).

Figure 1 presents the fCover mean profile for parcel 4 and derived from remote sensing images of multiple sensors. Figure 2 presents the relation between the biomass measured on the ground and estimated from remote sensing images time series. For the whole dataset, the scatter plot between FPI and ground biomass shows an acceptable correlation (R²=0,724; α < 0,0001). However, it remains a substantial dispersion with a RMSE going up to 0.128.

Figure 2: Regression between FPI and local ground biomass measurements

Figure 2: Regression between FPI and local ground biomass measurements

If we take into account only data recorded during the growing period, the results are improved (R2= 0,811; α < 0,0001 and RMSE 0,101). This can be explained by the way FPI is designed: by definition, when the fCover integral is calculated, the brown fraction of the cover is not considered. In the framework of the research activities developed to create the index-based insurance product, these results enable to conclude that High Spatial Resolution images can be used to perform an indirect validation of the FPI produced from medium spatial resolution remote sensing time series.

 

Anne Jacquin

Antoine Roumiguié

Université de Toulouse, Institut National Polytechnique de Toulouse, Ecole d’Ingénieurs de PurpanUMR 1201 DYNAFOR, France.

Schedule for SPOT4 (Take5) reprocessing

We should be able to start reprocessing  SPOT4(Take5) data in January, and to release them in February (it is always risky to announce a date, we have already announced November, then December). This new version will also be produced on MUSCATE prototype processing center, implemented at CNES, for the THEIA Land data center.

 

Why does it take so long ?

 

  • The longest part was the negociation between CNES and CAP GEMINI about the modifications of MUSCATE.
  • The modification itself took a while, as it includes :
    • A major version change of SIGMA, which is CNES software for ortho-rectification. This new version will allow us to improve geometric accuracy using new reference images to take ground control points (GCPs), while the previous version only allowed us to work with LANDSAT 5 or 7, while the other solutions did not work because of a strange bug. Instead of LANDSAT 5 and 7, we will use the GEOSUD mosaic over France, which is a high quality mosaic produced by IGN, that covers the whole France. Elsewhere, we will use LANDSAT 8, which also provides a large gain in accuracy. And for the 4 sites, whose ortho-rectification was most difficult, we will the most cloudfree SPOT4(Take5) image as référence, which should provide us better quality GCPs.
    • We will be able to tell normal Level 1C failures due to cloud cover from possibly abnormal ones.
    • We will at last be able to process NASA's maricopa site, y separating it in two sites, one taken from the East, and the other from the West.
    • The level 2A chain was updated, and we will use a new aerosol model, with slightly larger particle sizes, which provide better results.
    • The Level 2 will provide 2 new flags that indicate the pixels for which the slope correction cannot be performed, for instance because these pixels lie in the shadow. We had forgotten these flags in our first version.
    • I do not know whether you are using the saturation masks or not. But these ones had a few defects that will be corrected in this new version.
    • The level 2A products will also contain nice quicklooks, on which clouds and shadow will be circled in colors. We will use them to perform a quicker validation of the processing, and we hope they will be useful for you too.
  • Until the end of the year, we will install the new version of MUSCATE prototype, then the processors, the parameters, and the new image references. The preparation of 45 reference images is quite some work.
  • Then, banzaï !,  we will validate all this stuff and start the reprocessing of version 2.0 of  SPOT4 (Take5) data.

 

 

Planning du retraitement de SPOT4(Take5)

=>

Nous pensons pouvoir lancer le retraitement des données SPOT4(Take5) au cours du mois de janvier 2014, pour une distribution des données en Février (il est toujours risqué d'annoncer des dates, nous avions initialement annoncé novembre, puis décembre).  Cette nouvelle version sera elle aussi produite sur le prototype de centre de production MUSCATE, implanté au CNES pour le compte du pôle THEIA.

 

Pourquoi une telle durée  ?

 

  • C'est la négociation de la commande de modification de MUSCATE auprès de CAP GEMINI qui a pris le plus de temps.
  • La modification elle-même inclut les aspects suivants :
    • Changement de version de SIGMA, le logiciel utilisé pour l'ortho-rectification. Ce changement nous permettra de gagner en précision en utilisant de nouvelles données de référence pour la prise de point d'appui, qui dans la version précédente plantait à cause d'un bug. Au lieu de LANDSAT 5 ou 7, nous utiliserons la mosaïque de GEOSUD pour toutes les données acquises en France, les données ont été traitées par l'IGN et sont donc très bien référencées. Ailleurs, nous utiliserons LANDSAT 8, qui lui aussi apporte un fort gain en précision. Et pour les 4 sites qui nous ont posé le plus de problèmes, nous pourrons utiliser l'une des images de la série SPOT4(Take5) comme référence, ce qui devrait fournir de meilleurs points d'appuis.
    • Nous aurons le moyen de faire la différence entre les productions de niveau 1C qui échouent en raison de la couverture nuageuse, et celles qui pourraient échouer pour d'autres raisons
    • Nous allons enfin pouvoir traiter le site Maricopa de la NASA, en le séparant en deux sites, l'un acquis depuis l'Est, l'autre depuis l'Ouest.
    • La chaîne de Niveau 2 a été mise à jour, nous utiliserons aussi un nouveau modèle d'aérosols, avec des particules un peu plus grosses que sur le modèle initial, qui fournissent de meilleurs résultats.
    • Nous fournirons dans le produit de Niveau 2 deux plans de flags qui indiquent les pixels pour lesquels la correction des effets du relief n'a pas pu être effectuée (par exemple si la pente est à l'ombre). Nous les avions oubliés dans les produits distribués jusqu'ici.
    • Je ne sais pas si vous utilisez les masques de saturation (si ce n'est pas le cas, vous avez tort), mais ceux ci présentaient quelques défauts qui vont être corrigés.
    • Les produits de Niveau 2A seront accompagnés de jolis quicklooks, où les nuages et leurs ombres seront entourés. Ils nous permettront de valider plus rapidement les traitements, et nous espérons qu'ils vous seront utiles.
  • D'ici la fin de l'année, nous allons donc installer sur le système la nouvelle version du prototype de MUSCATE, puis les chaînes, les paramètres, les nouvelles images de référence (GeoSud et LANDSAT 8). Préparer ces images de référence pour 45 sites n'est pas une mince affaire.
  • Puis, banzaï !,  nous validerons le tout et lancerons la production de la version 2.0 des données SPOT4 (Take5), avant de basculer tout ceci sur le serveur de distribution. A suivre.

 

 

Utilisation de séries temporelles d'images à haute résolution spatiale pour le suivi de biomasse fourragère

Figure 1 : Profil moyen de fCover sur la parcelle 4 calculé à partir d'images des différents capteurs utilisés.

=>

Le fCover est un paramètre biophysique calculé à partir d'observations satellitaires. Il permet de mesurer la fraction de couvert vert par unité de surface dans des conditions d'observation au nadir. Dans le cadre du produit d'assurance des prairies, ce paramètre est calculé à partir de synthèses décadaires d'images à moyenne résolution spatiale. Nous utilisons l'intégrale du profil annuel de fCover pour estimer la biomasse prairiale et construire l'Indice de Production Fourragère.

Notre premier travail de validation consiste tout d'abord à tester la relation existante entre la biomasse prairiale et la somme de fCover calculée sur des images à haute résolution spatiale. Un protocole de mesure terrain (d'après PV PROTIN, 2010. ARVALIS – Institut du Végétal) mis en place sur 6 parcelles de prairies dans la région toulousaine a été réalisé entre les mois de Mars et Juin 2013. Ces parcelles ont été choisies dans le but de faire varier les espèces prairiales et les modes d'exploitation des prairies (Tableau 1). Tous les 15 jours, une série de prélèvements est faite afin de mesurer la biomasse des parcelles à des endroits définis. Au total sur les 6 parcelles, il y a 320 points pour lesquels nous disposons d'une information de production à comparer avec le rendement estimé par télédétection.

Les parcelles se situent sur la zone SudMipy définie dans le programme d'acquisition SPOT4(Take5). De ce fait, nous avons pu bénéficier des images acquises dans le cadre de ce programme pour constituer nos séries temporelles sur chaque parcelle. Compte tenu des conditions climatiques du printemps 2013, nous avons du compléter le jeu d'images SPOT-4 (Take5) avec des images acquises par les capteurs Landsat-8, SPOT-6 et Formosat-2. Au final, nous disposons d'une image tous les 15 jours environ (Tableau 1).

Nom Couvert Surface (ha) Exploitation 

prairie

Couverture 

images

Parcelle 1 Luzerne 7,3 Fauche Take 5 : 6 / Spot 6 : 2 / Landsat 8 : 1
Parcelle 2 Prairies naturelles 9,4 Fauche Take 5 : 4 / Spot 6 : 1 / Landsat 8 : 1 / Formosat2 : 4
Parcelle 3 Ray-Grass 8,6 Ensilée début Mai /  Fauché fin Juin Take 5 : 5 / Spot 6 : 3 / Landsat 8 : 1
Parcelle 4 Prairies naturelles 6,0 Fauché fin juin Take 5 : 7/ Spot 6 : 2 / Landsat 8 : 1 / Formosat2 : 1
Parcelle 5 Fétuque / Dactyle / Trèfle Blanc 11,5 Fauche puis pâture Take 5 : 5 / Spot 6 : 2 / Landsat 8 : 2 / Formosat2 : 1
Parcelle 6 Fétuque / Dactyle 6,8 2 fauches, pas de pâturage Take 5 : 3 / Spot 6 : 2 / Landsat 8 : 1 / Formosat2 : 1

Tableau 1 : Caractéristiques des 6 parcelles sélectionnées

 

Figure 2 : Régression entre l'IPF et la Production

La figure 1 présente le profil moyen de fCover sur la parcelle 4 calculé à partir d'images des différents capteurs utilisés.La figure 2 présente la relation entre la production mesurée aux champs et estimée par télédétection. Le résultat de la régression linéaire entre l'IPF et la production mesurée  montre une corrélation forte entre les deux variables (R² = 0,76; α < 0,0001).

 

Cependant, plus les valeurs de productions sont fortes, plus l'écart à la moyenne des valeurs d'IPF tend à augmenter. Ceci s'explique en partie par la méthode de calcul de l'IPF qui ne prend pas en compte la partie en sénescence du couvert végétal. Il en résulte un écart entre la biomasse mesurée au champs et l'IPF.

 

En résumé, l'utilisation du fCover sur des séries temporelles à haute résolution spatiale montre qu'il est possible d'estimer la production des prairies à ce niveau d'échelle. L'IPF étant calculé à partir d'images à moyenne résolution spatiale, la prochaine étape consistera à exploiter le jeu de données SPOT-4 (Take5) pour valider l'indice sur un territoire représentatif du territoire que pourrait viser le produit d'assurance.

 

Anne Jacquin

Antoine Roumiguié

Université de Toulouse, Institut National Polytechnique de Toulouse, Ecole d’Ingénieurs de Purpan, UMR 1201 DYNAFOR, France.

La version v3.2 de l'OTB est sortie/ OTB v3.2 is out

Les collègues du CNES et de CS-SI viennent de sortir une nouvelle version de la bibliothèque open source Orfeo Tool Box. Parmi les améliorations, je suis sûr que vous serez nombreux à apprécier la segmentation "Large Scale Mean Shift", qui permet un traitement par tuiles qui donne le même résultat que celui qui serait obtenu sur l'image traitée en un seul bloc. Cette caractéristique sera très utile pour segmenter les volumineuses séries temporelles issues de Sentinel-2.

 

http://blog.orfeo-toolbox.org/news/otb-3-20-and-monteverdi2-0-6-are-out

 

CNES and CS-SI colleagues juste released a new version of the open source library Orfeo Tool Box. Among the enhancements, I am quite sure that many of you will like the new "Large Scale Mean Shift" segmentation application,  "which allows to perform tile-wise segmentation of very large images with theoretical guarantees of getting identical results to those without tiling". This feature will be especially useful to process Sentinel-2 huge time series.

Statistiques de téléchargements des données SPOT4(Take5)

=>

Trois mois et demi après le début de la diffusion des produits de l'exprience  SPOT4(Take5), nous pouvons examiner les statistiques des téléchargements effectués depuis le site de distribution du pôle THEIA : http://spirit.cnes.fr/take5/

 

  • 160 utilisateurs différents provenant de nombreux pays ont téléchargé des données, .
  • 75% des téléchargements concernent des produits de niveau 2A, et les utilisateurs qui ont téléchargé des produits de niveau 1C ont aussi, en général, téléchargé des données de niveau 2A.
  • 40% des téléchargements concernent des séries temporelles entières pour un site, 60% concernent des images mono-date. Si on tient compte du fait que les séries temporelles comportent en moyenne 14 dates, on en déduit que 90% des acquisitions sont téléchargées à partir de séries entières.
  • Chaque série temporelle a été téléchargée 12 fois en moyenne.
  • Deux utilisateurs (Français, je présume) prétendent s'appeler Titi et Toto.

Nombre de téléchargements de séries entières par site

 

Nous pouvons aussi obtenir un classement des 45 sites en fonction du nombre de téléchargements, et nous pouvons remarqué que chacun des 45 sites a été au moins téléchargé une fois. Ceci dit, même si les sites du CESBIO arrivent premiers, ce classement est probablement biaisé car certains laboratoires centralisent les télléchargements, alors que d'autres téléchargent plusieurs fois les données (parmi lesquels le CESBIO). Le dernier site de la liste a été ajouté récemment à la liste des sites.

 

Le nombre de communications ou de papiers par site sera bien plus intéressant, mais pour le moment, le compteur est bloqué à trois, pour autant que je sache (3 communications au Living Planet Symposium). Rappelez vous que la licence des données demande que chaque communication basée sur ces données soit envoyée au CNES (à Sylvia Sylvander et moi-même)

 

PS : ces informations sont obtenues grâce au formulaire saisi par chaque utilisateur, celui-ci est collecté dans la base de données mise en place par Jérome Gaspéri, et chaque mois, Bernard Specht, du CNES m'envoie les résultats.

SPOT4(Take5) data downloads statistics

Three and a half months after the first release of SPOT4 (Take5) products, we can draw a first analysis of the SPOT4(Take5) data downloads (from THEIA distribution website : http://spirit.cnes.fr/take5/)

 

  • 160 different users have downloaded data, from all over the world.
  • 75% of downloads are Level 2A products, and most of the users who downloaded Level 1C products also downloaded Level 2A.
  • 40% of downloads concern whole time series, 60% concern mono-date images, which means that, with an average number of 14 dates per site, about 90% of product downloads are downloaded as whole time series.
  • Each time series has been downloaded 12 times on average.
  • Two users (I would bet they are French) are named Titi and Toto

Number of downloads per site (only whole site archives)

We have also obtained a ranking of the 45 sites versus the number of downloads, and notice that all 45 sites where at least downloaded once. Well, although CESBIO sites come first (!), this is not a competition, and it is probably biased, as some well organised user groups centralise their downloads, while other labs (among which CESBIO...) have downloaded their sites several times. The least demanded site (Rennes), was added very recently to the list.

 

The number of communications or papers per site will be much more interesting, but as far as I know, the counter is still set to 3 (3 communications at the Living Planet Symposium). Please remember that users are requested to send us all their communications based on SPOT4(Take5) data.

 

PS : this information is gathered thanks to the information provided by users at each download, which is collected on the download site data base (designed by J.Gasperi (CNES)), and then provided to me each month by B.Specht (CNES).