Les effets d'environnement, comment ça marche ?

=>

Comme expliqué dans l'article sur les effets atmosphériques, la diffusion de la lumière par les molécules et les aérosols présents dans l'atmosphère provoque plusieurs effets. La diffusion ajoute un voile aux données (la réflectance atmosphérique), atténue le signal en provenance de la surface (la transmission atmosphérique), et rend les images floues (les effets d'environnement). Cet article s'intéresse aux effets d'environnement, les autres aspects ont été abordés dans le lien fourni ci-dessus.

 

Le schéma ci-joint montre les différents types de trajets que peut suivre la lumière avant d'arriver au capteur. Le Trajet 1 correspond à la réflectance atmosphérique, le trajet 2 est proportionnel à la réflectance de la cible observée atténué par sa traversée de l'atmosphère, c'est celui qui nous intéresse et nous permet de retrouver la réflectance de surface. Les trajets 3 et 4 apportent au capteur une part de signal qui ne provient pas directement de la surface que le satellite observe mais de son voisinage (d'où le nom d'"effets d'environnement"). Ce sont ces trajets qui apportent du flou sur l'image.

 

Les effets d'environnement peuvent engendrer de fortes erreurs lorsqu'on observe une parcelle de végétation entourée de sols nus ou de végétation senescente. Pour un tel cas, la figure ci-dessous présente les erreurs en pourcentage de réflectance et de NDVI, si on ne prend pas en compte les effets d'environnement, en fonction de l'épaisseur optique des aérosols.

 

Il est possible de corriger ces effets de manière approchée, à condition de connaître la quantité d'aérosols. Dans les traitements de la chaîne MACCS, nous procédons de la manière suivante :

 

  1. Nous procédons à la correction atmosphérique en supposant que le paysage est uniforme. Nous obtenons une réflectance de surface sous hypothèse uniforme que nous notons  \rho_{s,unif} .
  2. Nous calculons la réflectance de l'environnement du pixel (  \rho_{s,env} ) en utilisant un filtre de convolution gaussien de 2 km de diamètre, qui calcule une moyenne pondérée de la réflectance environnante. En toute rigueur, ce filtre devrait dépendre de la quantité d'aérosols présents dans l'atmosphère (moins il y a d'aérosols, plus le rayon devrait être grand), et des angles de prise de vue, mais nous n'avons pas encore travaillé sur cet aspect, nous avons donc utilisé un filtre constant.
  3. Nous corrigeons finalement la réflectance des trajets 3 et 4 par la formule suivante :

 \rho_{s}=\frac{\rho_{s,unif}.T^{\uparrow}.\frac{1-\rho_{s,unif}.s}{1-\rho_{s,env}.s}-\rho_{s,env}. T_{dif}^{\uparrow}}{T_{dir}^{\uparrow}}

  •  T^{\uparrow}=T_{dif}^{\uparrow}+T_{dir}^{\uparrow} est la transmission atmosphérique montante totale, somme de la transmission atmosphérique diffuse et directe. s est l'albedo atmosphérique. Toutes ces grandeurs sont déduites de calculs de transfert radiatif et dépendent de la quantité et du type d'aérosols.

 

Cette correction qui implique l'utilisation de convolutions est assez lourde et prend près d'un quart du temps de correction atmosphérique.

 

Exemples de résultats

Les images ci dessous présentent 3 stades de la correction atmosphérique pour deux images Formosat-2 acquises au dessus du Canada, à deux jours d'intervalle, la première image est acquise un jour il y a beaucoup d'aérosols (épaisseur optique de 0.47 d'après nos calculs), alors que la seconde est acquise un jour très clair (épaisseur optique de 0.1 selon nos calculs).

 

  • La première ligne correspond aux images au sommet de l'atmosphère, sans correction atmosphérique. On voit bien que l'image de gaucheest plus floue.
  • La deuxième ligne correspond aux images corrigées en supposant le paysage uniforme. Il s'agit de l'image obtenue à l'issue de l'étape 1 dans la méthode décrite ci-dessus. L'image de gauche est toujours plus floue.
  • La troisième ligne présente ces mêmes images après la correction d'environnement. Dans ce cas, l'image de gauche n'est plus floue, elles est même légèrement trop nette (un peu de sur correction).

Images TOA (à gauche, l'image avec fort contenu en aérosols)

 

Images en réflectance de surface, en supposant le paysage uniforme (à gauche, l'image avec fort contenu en aérosols)

 

Images en réflectance de surface après correction des effets d'environnement (à gauche, l'image avec fort contenu en aérosols)

 

On peut aussi comparer point à point les réflectances pour juger de l'amélioration après correction des effets d'environnement. La courbe ci-dessous compare les images corrigées en supposant le paysage uniforme, et les images corrigées en tenant compte des effets d'environnement. On constate que les points se rapprochent de la diagonale après correction des effets d'environnement. Sur l'image du 27 mai, pour laquelle l'épaisseur optique est la plus forte, on note que les fortes réflectances sont un peu trop faibles, alors que les faibles réflectances sont un peu trop fortes, ce qui correspond bien à une perte de contraste.

Release of the first version of SPOT4 (Take5) data

 

Phew ! These last days were quite intense, but we did it (almost) ! We are very proud to announce that the first version of SPOT4 (Take5) will be released on Monday the 15th of July at the following site : https://www.ptsc.fr/en/products/spot4-take5. The data format is explained here.


It will be possible to download the whole time series by clicking on 1C and 2A buttons. However downloading a whole series might take some time. Several small issues have been observed but not yet corrected (see this paragraph), but we still think it is useful that you start working on our data despite the few bugs that affect them. Downloading a data set requires the user to accept a licence. With the current version of the web site, you will need to accept this license each time you download a file.

In our initial schedule, we had announced a distribution of data during the month of June, but we are just a bit late, and happy to have done it, accounting for the numerous tasks we had to fulfil.

 

  • We had to obtain the experiment decision, which was done by the 11th of December 2012, and we had to implement it. The last data were acquired less than one month ago, and they will be available with the whole time series.
  • We had to modify and tune the processing chains, and the geometry  kept us busy for several weeks (and still does over equatorial forests). The level 2A processor worked quite well from the beginning, thanks to Mireille Huc (CESBIO) !
  • It was the first production of the French Land Data Center. The ground segment was built and implemented simultaneously to the data acquisition, its development team did a very nice work (namely, Dominique Clesse from CAP GEMINI, Hassan Makhmara and Joelle Donadieu at CNES). The data processing in this changing environment was perfectly managed by the exploitation team, Nicolas Prugent, Karl Rodriguez (Steria), Eric Faucher (CNES)...
  • A simple but very nice data server was set up in a very short time by Jerome Gasperi and Bernard Specht (CNES). The result is very simple and convenient (it helped us finding the last bugs...)

Issues and bugs

The products on the data server should be considered as a preliminary version of the processing. Other versions will be distributed, because the data sets still have a few defects :

 

  • Because of a little bug, the overlapping sites (Midi-Pyrénées East and West, and Britanny) were badly processed. These sites will be processed again and released in about 10 days. For the same reason, Maricopa site (USA) could not be processed, it will be released probably in September.
  • One image at the south of Languedoc site is always missing. We do not know why yet, but there is no doubt it will be corrected shortly.
  • Some Level 1A  products were not provided by Spot Image (25 out of 1600). We will need to reprocess the affected sites.
  • For all sites, the reference image for ortho-rectification were taken from LANDSAT  5 or 7. From our point of view, their location accuracy is a little insufficient. On the next version, we will replace LANDSAT data in FRANCE by the GeoSud high resolution cover from 2009. Out of France, we will replace them by LANDSAT 8 data whenever possible.
  • Data ortho-rectification often fails on some uniform equatorial forest sites (in particular for Congo(2), Gabon, Borneo, Sumatra). As  a result several dates are missing and those available are not perfectly registered.
  • On the level 2A, atmospheric corrections were performed with a constant aerosol model globally. We will use different aerosol models depending on the location in a future version.

 

Finally, we want to draw your attention to the fact that SPOT4 data are coded on 8 bits and can be saturated. SPOT system uses a data base of histograms to determine the gains to use depending on the location and date. This database is far from perfect and saturated data are quite common. For sites resulting from the merger of several images, it is also possible that the saturation thresholds differ between the left and the right half of the site. We provide you, within Level 1C and level 2A products with a mask saturations that you really should use.

 

Despite these few defects, we wish that this data set will be useful for you, and that you will obtain good results for your experiment and for your preparation for the arrival of Sentinel-2.

 

Many of the SPOT4(Take5) team will leave for vacations in the coming weeks, this blog will b much less active as I leave today !

 

 

 

 

 

Première distribution des données SPOT4(Take5)

=>

Ouf ! Ces derniers jours ont été intenses, avec des découvertes de petits bugs à la dernière minute, et des corrections acrobatiques.  Mais nous sommes très fiers de vous annoncer que la version 1 des données de l'expérience SPOT4 (Take5) sera disponible à partir de lundi 15 juillet, depuis la page https://www.ptsc.fr/fr/produits/spot4-take5 . Le format des données est décrit ici.

 

Il est possible de télécharger d'un coup toute la série d'un site donné en cliquant sur les boutons noirs "1C" ou "2A". Le téléchargement d'une série entière peut prendre beaucoup de temps. Il reste quelques imperfections qui n'ont pas encore été corrigées (lisez ce paragraphe), mais il nous semble utile que vous puissiez commencer à travailler sur ces données malgré leurs petits défauts. Le téléchargement implique l'acceptation d'une licence. A chaque téléchargement d'un fichier, vous devrez accepter cette licence (désolé, c'est un peu lourd)

 

Nous avions annoncé une distribution à la fin juin dans notre projet initial, mais malgré quelques difficultés, nous avons réussi à distribuer ces données à la mi-juillet, ce qui est une belle performance, compte tenu de tous les travaux qui ont dû être réalisés pour en arriver là. La tâche n'était pas facile :

 

  • Il a fallu obtenir la décision de l'expérience, qui a finalement été prise le 11 décembre 2012, et il a fallu réussir sa mise en œuvre. Les dernières données ont été acquises il y a tout juste un mois. Elles seront disponibles avec les autres.
  • il a fallu que les chaînes fonctionnent bien, et la géométrie nous a posé quelques problèmes. Pour la chaîne de Niveau 2, à quelques détails près tout a bien fonctionné dès le départ, merci à Mireille Huc (CESBIO) !
  • il s'agit de la première production du PTSC, la mise en place du segment sol s'est donc faite en même temps que le déroulement de la manip, c'est donc une très belle performance de la part de l'équipe de développement (Dominique Clesse de CAP Gemini, et Joelle Donadieu et Hassan Makhmara du CNES), et de l'équipe d'exploitation (Nicolas Prugent, Karl Rodriguez (Steria), Eric Faucher (CNES)...)
  • il a fallu mettre en place un tout nouveau serveur de distribution des données, en un temps très court (Jérôme Gaspéri (CNES) et Bernard Specht (CNES)), avec un résultat très simple et pratique (par sa présentation synthétique des données, il nous a d'ailleurs permis de nous rendre compte de quelques bugs sur les traitements).

 


Défauts constatés

Les données actuellement distribuées sont une version préliminaire de nos traitements. D'autres versions suivront, car les données souffrent encore de quelques défauts (que nous n'avons pas peut-être pas encore tous repérés, je sais que vous ne tarderez pas à nous y aider).

  • En raison d'un petit bug, les données des sites dont une intersection est acquise sous plusieurs angles sont erronées : il s'agit de Midi-Pyrénées Sud-Est et Sud-Ouest, et du site Bretagne. Ces données doivent être retraitées et seront disponible dans une dizaine de jours. Pour la même raison, les données de Maricopa (USA) ne peuvent pas être fournies avec cette version.
  • Sur le site Languedoc, l'image la plus au sud (sur Montpellier) est manquante. Le temps de comprendre pourquoi et de retraiter, et les données seront mises à jour.
  • Quelques produits de niveau 1A ne nous ont pas encore été fournis par SPOT Image (25 sur 1600). Nous devrons retraiter les sites sur lesquels des données manquaient.
  • l'image de référence pour la superposition géométrique est issue de LANDSAT. A notre avis, la précision de localisation de ces images est un peu insuffisante. Pour les sites situés en France, nous remplacerons donc les images LANDSAT par la couverture GeoSUD de 2009. Pour les sites hors de France, nous envisageons de remplacer les données LANDSAT 5 par des données LANDSAT 8, mais il faudra attendre que celui ci ait acquis suffisamment de données.
  • L'ortho-rectification des données sur certains sites de forêt équatoriale très uniformes échoue fréquemment (particulièrement pour Congo(2), Gabon, Borneo, Sumatra). Il manque donc de nombreuses dates, et celles disponibles ne sont pas parfaites. Nous allons encore y travailler.
  • les traitements de Niveau 2 (corrections atmosphériques) ont été réalisés avec un modèle d'aérosols constant pour toute la planète. Nous devrons utiliser des modèles différents d'un site à l'autre, pour améliorer la qualité des séries temporelles.

 

Enfin, nous attirons votre attention sur le fait que les données acquises par SPOT4 sont initialement codées sur 8 bits et peuvent donc être saturées. le système SPOT utilise une base de données d'histogrammes pour déterminer les gains à utiliser. Cette base de données est loin d'être parfaite et les saturations des données sont assez fréquentes. Sur les sites résultant de la fusion de plusieurs images, il se peut aussi que les seuils de saturation diffèrent entre la partie gauche et la partie droite. Nous fournissons un masque de saturations dont nous vous recommandons l'utilisation.

 

Malgré ces quelques défauts, nous espérons que les données vous seront utiles et qu'elles vous permettront d'obtenir de bons résultats sur les sites qui vous intéressent, tout en vous préparant à l'arrivée de Sentinel-2.

 

Sur ce, de nombreux membres de l'équipe Take5, vont prendre quelques vacances. Pour ma part, c'est ce soir !

 

L1C registration performances for SPOT4(Take5) V1 products

Now that all SPOT4(Take5) images have been processed (pfew !), we can make an appraisal of the performances. Let's start by the geometry, which caused us a lot of trouble :

  • SPOT4 has a location accuracy around 400 mètres, but during the experiment, it went through a fifteen day period when the location errors could reach 1500 m.
  • We seek a multi-temporal registration performance of 0.3 pixel RMS. This performance is difficult to measure because the measurement technique itself (correlation image matching) is not perfectly accurate.
  • We provide as a criterion the maximum registration error observed for the 50% best results or for the 80% best results. It is likely that the last criterion includes less inaccurate measurements.

 

Here are the observed performances for 3 very different sites :

  • CMaroc site, which is an arid site with a green period in march, a lot of blue sky, and high mountains (the Atlas). performances are excellent, with errors lower than 0.3 pixels for 50% of the measurementsl.

 

  • CBretagneLoireE site, which is a rather flat coastal area with large tides, and is often very cloudy. In that case, performances are still better than 0.5 pixels. The worse dates correspond to images with a large cloud cover, for which it is not easy to automatically collect accurate ground control points.

 

  • JSumatra site is a very flat area, covered with very uniform equatorial forest, and a large river whose limits change with time. In that case, the performance is really bad, with registration errors up to 10 pixels. This uniform site does not enable to find good control points, and the ones that are found are often along the river whose contour changes with the water level.

 

Conclusions

We have obtained very good results for most sites, with registration errors below 0.5 pixels (10m) even when the initial location error reaches 1500m. However, 4 sites are resisting to this processing. These 4 sites correspond to flat forest sites covered by equatorial forest : JSumatra, JBorneo, EGabon, ECongo. The ECongo site is even so uniform that it is not possible to measure its registration performance.

These sites will be distributed with the others in a few days with the first version of the products, but you should use them cautiously.

Finally, if the registration of 95% of images is good, the location performance is inherited from our reference images, ie LANDSAT (5 et 7). The next versions will be based on Geosud (IGN) images in France and on LANDSAT 8 data elsewhere. Performances should be enhanced in the next versions.

Performances de superposition des produits 1C de SPOT4 (Take5)

=>

Maintenant que tous les produits de l'expérience SPOT4 (take5) ont été traités, nous pouvons en tirer un bilan de l'expérience. Commençons par la géométrie, qui est l'aspect qui nous a causé le plus de difficultés :

  • SPOT4 a une précision de localisation habituelle autour de 400 mètres, mais il a traversé une période d'une quinzaine de jours où la localisation des données pouvait s'écarter de 1500 mètres de la bonne valeur.
  • Nous cherchons à obtenir une précision de superposition proche de 0.3 pixels RMS. Cette performance est difficile à mesurer car l'outil de mesure lui même (corrélation automatique) n'est pas très précis.
  • Nous fournissons donc comme critère l'erreur maximale mesurée pour les 50% meilleurs résultats de superposition ainsi que la même valeur pour les 80% meilleurs résultats. Cette deuxième valeur inclut probablement des mesures peu précises.

 

A titre d'exemple, voici les résultats pour 3 sites :

  • Le site CMaroc, qui est un site aride, peu nuageux, fortement montagneux, très vert en Mars et très sec en Juin. Les performances sont excellentes, avec des écarts inférieurs à 0.3 pixels pour 50% des pixels sauf pour les trois premières dates, assez différentes de la date utilisée comme référence, acquise le 11 avril.

 

  • Le site CBretagneLoireE qui est un site plutôt plat, côtier (avec de forts effets de marées), et surtout très nuageux. Dans ce cas les performances pour 50% des pixels restent meilleures que 0.5 pixels. On note que les images ayant les moins bonnes performances sont des images très nuageuses, pour lesquelles il est difficile de trouver de bon points d'appui pour faire l'ortho-rectification, et aussi pour mesurer la performance.

 

  • Le Site JSumatra très plat, couvert de forêt équatoriale très uniforme, avec un large fleuve dont le niveau d'eau varie. Dans ce cas, la performance de superposition est très mauvaise (jusqu'à 10 pixels). Ce site uniforme ne permet pas de trouver de bons points de corrélation, et les points trouvés sont souvent sur le bord du fleuve, dont le contour est variable.

 

Conclusion

En conclusion, nous avons obtenus de très bons résultats pour la plupart des sites, passant d'erreurs de localisation allant jusqu'à 1500 mètres, à des erreurs de superposition inférieures à 0.5 pixels (10 mètres). Cependant, quatre sites résistent à ce traitement (non, pour une fois, ce n'est pas un petit site en Bretagne qui résiste). Ces 4 sites sont des sites équatoriaux : JSumatra, JBorneo, EGabon, ECongo. . Pour la prochaine version, nous utiliserons l'une des images de la série Take5 pour essayer d'améliorer les résultats. Pour le moment, un bug nous a emêché de le faire. Ceci dit, il n'est pas sûr que cela suffise :le site ECongo par exemple est tellement uniforme qu'il n'est même pas possible de mesurer automatiquement sa performance de superposition.Il faudra peut-être un traitement manuel pour ces sites.

Ces 4 sites seront distribués avec les autres, d'ici quelques jours, avec la première version des données, mais nous vous recommandons la plus grande prudence quant à l'utilisation de leurs résultats.

Enfin, si la superposition des données de 95% des images est bonne, notez que la localisation est celle de nos images de référence, c'est à dire LANDSAT (5 et 7). Là aussi, les prochaines versions seront réalisées avec de meilleures images de référence (Geosud (IGN) en France, LANDSAT8 ailleurs). Elles devraient donc apporter une amélioration.

Quatre sites posthumes en France pour SPOT4(Take5)?

SPOT4 s'est éteint hier soir, le 29 juin 2013, après avoir consommé tous ses ergols pour réduire son altitude. Mais comme avec les grands compositeurs ou les grands auteurs, SPOT4 nous laisse déjà découvrir quelques œuvres posthumes :

Nous avons en effet la possibilité d'ajouter 4 sites supplémentaires à la liste des sites Take5 en France. Ces sites n'avaient pas été demandés initialement, mais ils ont été rajoutés automatiquement par le système de programmation, et ont été observés tous les 5 jours, comme les autres, en raison de contraintes de fonctionnement du satellite :

  • lorsque les deux instruments de SPOT 4 étaient utilisés, ils devaient fonctionner simultanément,
  • l'enregistreur de bord ne pouvait pas s'éteindre sur de courtes durées. Il fallait des donc acquérir des scènes de remplissage.

Grâce au mauvais temps en France, nous avons acheté moins d'images que prévu, et il nous reste quelques reliquats budgétaires. Ces données pourraient donc être commandées, à condition bien sûr qu'il y ait des utilisateurs pour s'en servir. L'emprise des quatre sites est fournie ci-dessous : n'hésitez pas à m'écrire si vous avez besoin de ces données, en m'envoyant (olivier.hagolle, cnes.fr) un fichier shape ou kml avec votre zone d'intérêt, ainsi qu'une courte description de vos travaux sur cette zone.

All the quicklooks

Before the distribution starts at the land data center (before mid July, or even sooner), I have updated all the quicklooks of all the images taken during the experiment. I have checked in the catalog to see if a few images had not been forgotten. I found about 20 images (on a total of 1600). These images will be processed soon.

 

You may find all the SPOT4 (Take5)  quicklooks following the links below, or via the SPOT4 (Take5) menu.

Tous les quicklooks.

=>

En attendant la distribution des données par le PTSC, d'ici la mi juillet (un peu avant j'espère), j'ai mis à jour tous les quicklooks avec la totalité des données acquises pendant l'expérience. J'ai fait l'inventaire des images envoyées par SPOT-IMAGE et des images au catalogue, et j'ai constaté qu'il manque une petite vingtaine d'images seulement, qui seront ajoutées à notre belle collection d'ici quelques jours.

 

Vous pouvez donc  trouver la quasi totalité des images disponibles en suivant les liens ci-dessous, ou en cherchant dans le menu SPOT4(Take5).

SPOT4 acquired its last images

=>

The last imaged acquired by SPOT4 were taken on the 19th of June, in the framework of Take5 experiment. It is with some sadness that we see the end of this very intense experiment : SPOT4 de-orbitation started and the satellite will be switched off on June the 29th 2013. SPOT4 will burn in the atmosphere in a few decades.

 

First and last SPOT4 (Take5) images acquired over the Alps site, on February the 8th (left) and June the 13th (right).

 

I would like to thank once again :

 

  • Sylvia and CNES teams who contributed to the feasibility studies, to the budget negociations, to the experiment decision and to establishing the contracts and the license for use.
  • Frederic and CNES and CS-SI teams who changed the satellite orbit and then programmed it and monitored its health during its extended life.
  • Laetitia and Joel who helped us programming the gains and checking the acquisitions
  • Mickey and Astrium Geo teams (SPOT IMAGE), who downloaded, selected and processed to level 1A about 1600 images (those which had at least a small patch of clear sky) and Bruno, for his patience regarding the long, divers and complex procedures of the space agencies regarding the contracts.
  • The data users who proposed the numerous appplications of SPOT4 (Take5) data, and our partners, ESA, JRC, NASA and CCRS, whose support was essential to get the experiment decided.
  • Jean-François, and the CESBIO colleagues who kept going in the fields to collect in-situ data, and those who supported my complaints regarding the rgnenjbfhzerj weather we had in France this spring. Weather is still cloudy and cold, but now I have stopped complaining.
  • CNES and Thales geometry specialists who helped me tuning the ortho-rectification parameters
  • The PTSC development and processing teams (CNES, CAP GEMINI, STERIA), who are still working on level 1C and 2A production and distribution : the processing is well advanced, and nearly 80% of the acquired data have been processed
  • the many readers of this blog, whose regular visits cheer us up (6400 visits et 3500 different visitors, 15000 pages viewed)
  • and Mireille, who is carefully and efficiently updating and improving the Level 2 processor on which our work,is based.

This blog will go on after the end of acquisitions, we will publish here the results obtained with SPOT4 (Take5) data, and we will provide news about PTSC, Venµs, LANDSAT and Sentinel-2.

 

And also, SPOT5 will be de-orbited in a few years...

SPOT4 a acquis ses dernières images

=>

Les dernières images de SPOT4 et de l'expérience Take5 ont été acquises le 19 juin 2013. C'est avec beaucoup de tristesse que nous voyons cette première partie de l'expérience s'achever : SPOT4 va être désorbité et s'éteindra le 29 juin 2013. Il brûlera dans l'atmosphère dans quelques dizaines d'années.

 

Première et dernières images SPOT4 (Take5) acquises sur le site Alpin, le 8 février (gauche) et le 13 juin (droite).

 

Je voudrais en profiter pour remercier encore une fois :

 

  • Sylvia et toutes les équipes du CNES qui ont contribué aux études de faisabilité et à la décision de l'expérience, au déblocage des financements, à l'établissement des contrats et de la licence d'utilisation
  • Frédéric et toutes les équipes du CNES et CS-SI qui ont changé l'orbite du satellite, puis l'ont programmé et surveillé au cours de l'expérience. Laetitia, et Joel qui m'ont aidé à programmer les gains de prise de vue.
  • Mickey et les équipes d'Astrium Geo, (SPOT IMAGE), qui ont réceptionné, choisi et traité environ 1600 images (toutes celles où il y avait au moins un petit coin de ciel bleu), jusqu'au niveau 1A, et Bruno, pour sa patience à toute épreuve quant à l'établissement des contrats avec des procédures différentes et complexes chez tous les partenaires de l'expérience
  • les futurs utilisateurs de ces données qui se sont mobilisés en nombre pour proposer des applications à ces données, et l'ESA, le JRC, la NASA et le CCRS dont le soutien a été essentiel pour décider l’expérience
  • les collègues du CESBIO qui sont allés sur le terrain collecter des données in-situ et ceux qui ont supporté mes plaintes à l'encontre du mauvais temps en France pendant tout ce printemps nuageux.
  • les spécialistes de géométrie du CNES qui m'ont bien aidé à obtenir des paramètres d'ortho-rectification qui marchent à peu près partout
  • les équipes qui contribuent au développement et à l'exploitation du centre de production MUSCATE au PTSC ( CNES, CAP GEMINI, STERIA), qui elles, n'en ont pas terminé  avec la production des Niveau 1C et 2A et leur distribution : les travaux avancent très bien, près de 80% des données acquises avant fin avril ont été traitées.
  • les nombreux lecteurs de ce blog, dont les visites régulières nous motivent (6400 visites et 3500 visiteurs différents, 15000 pages consultées)
  • et Mireille, qui maintient efficacement et améliore régulièrement notre chaîne de traitement

 

Ce blog ne ferme pas avec la fin des acquisitions, nous y publierons au fur et à mesure les résultats obtenus avec les données SPOT4 (Take5) et nous vous raconterons les aventures des projets du PTSC, de Venµs, LANDSAT et Sentinel-2.

 

Et puis, d'ici un ou deux ans SPOT5 devra être désorbité !